jeudi 29 mai 2014

Les « chouchous » des tambouilleuses : gros plan sur le beurre de karité.




Non ne mange pas mon beurre de karité non mais oh !

Bon, en fait si, tu peux. ( mais tu ferais mieux pas, je le garde pour autre chose, moi !) 
Oui, le beurre de karité est comestible, et utilisé pour agrémenter notamment la cuisine ouest africaine. D’ailleurs, il est souvent substitué en partie au beurre de cacao dans la confection de chocolat, puisque moins cher.
Extrait d’un arbre d’Afrique de l’Ouest, il est depuis toujours extrait des noix de karité, après consommation du fruit de l’arbre en question.


Plus précisément, c’est quoi le karité ?

Le karité, ou Vitellaria paradoxa pour les intimes du latin, est un arbre.
Si si. 
Même que c’est un arbre de la famille des sapotacées qui pousse exclusivement dans la région soudano-sahélienne. ( ça vous en apprends beaucoup hein ? ) 


On en trouve deux sous espèces :
  •          Paradoxa en Afrique de l’ouest, surtout au Mali et au Burkina Faso
  •          Nilotica en Afrique de l’est, notamment au Soudan et en Ouganda.

( Photo de Marlène Elias – arbre à karité)

Il pousse spontanément, ne peut être cultivé. 
Mais il est protégé. 
Les arbres matures produisent en moyenne une vingtaine de kg de fruits frais par années, soit 3 à 6 kg d’amandes sèches par fruit, soit 0,7 à 2,5 kg de beurre.

(photo fruit, noix, amandes de Marlène Elias )

Voilà, maintenant, tu en sais plus sur la production de karité..

Comment passe t-on du fruit au beurre ?

Tout d’abord, la récolte (logique, me direz-vous ). 
Le fruit est consommé, tandis que les noix de karité sont conservées. 
Elles sont ensuite bouillies et séchées. Puis entreposées pendant plusieurs mois.
Elles sont décortiquées à la main, concassées pour libérer les amandes de karité qui sont alors torréfiées et écrassées à l’aide d’un pilon. Elles sont ensuite moulues. 
On ajoute de l’eau, ce qui va créer une pâte épaisse, et on va  ensuite baratter pour en faire surgir une mousse grisâtre. Cette mousse est lavée à plusieurs reprises, jusqu'à blanchissement. 
Elle est ensuite bouillie, et la couche supérieure d’huile est prélevée. 
Refroidie, elle donne le beurre de karité.

( Photo CECI)

La production de beurre de karité, une entreprise féminine.

Le commerce international du beurre de karité date de la période coloniale.
A l’époque, les femmes qui sont responsables, traditionnellement de la collecte du beurre, souffrent de ce surplus de travail.  En 1950, le prix baisse et avec lui l’exportation du beurre de karité. Après cette date, les exportations vont croître, pour retomber.. jusqu’à ce qu’elles soient stimulées par l’utilisation cosmétique du beurre.
D’un autre côté, de plus en plus d’initiatives se mettent en place, pour valoriser le travail de ces femmes. De même, le commerce équitable prend de l’ampleur. Le karité équitable devient un moyen d’augmenter la rémunération de ces productrices, les aidant ainsi à produire un beurre de qualité.
Le karité est collecté et produit par des femmes, un travail contraignant, puisque la fructification du karité coïncide avec la période agricole et l’arrivée des pluies.

Et pourquoi on l’aime le beurre de karité nous ?

Le beurre de karité, shea butter ou butyrospermum parkii...

Sa composition lorsqu’il est non raffiné :
 L’analyse chimique du beurre de karité non raffiné et d’extraction traditionnelle :
  •         Vitamine A2 : hydratante, apporte élasticité, stimule la synthèse de collagène.
  •         Vitamine D : cicatrisante et aide à l'absorption de calcium
  •         Vitamine E : anti oxydant, anti-inflammatoire, protection  solaire, diminue la profondeur des rides
  •         Vitamine F : préservation, défense, réparation
  •         Latex naturellement présent
  •         Insaponifiables ( 5 à 15%) passe la barrière cutanée.
  •         Acides gras essentiels : Acide oléique ( 60-70%) acide stéarique ( 15-20%) acide linolénique ( 5-15%) Acide palmitique ( 2-6%) acide linoléique ( <1%)


En bref, une composition étonnante, très utile pour tout..

Pour quoi je l’utilise ?

Pour TOUT comme je l’ai dit.
Ma peau l’aime, mes cheveux aussi.
Je peux l’utiliser seul, ou dans une recette, crème ou baume.

Pour  la peau :
Il hydrate, nourrit, aide à la cicatrisation, protège la peau contre les méfaits du soleil, (allergies et coups de soleil) et anti-inflammatoire, il régénère la peau, lui redonne son élasticité.
Il est indiqué pour tout type de peau.

Seul, je fais chauffer dans le creux de mes mains une noisette et je l’applique.

En recette, je fais des baumes auxquels j’ajoute des huiles végétales ou essentielles, en émulsions, je l’ajoute dans ma phase huileuse.

Pour les cheveux :
Il les nourrit, les rend brillants,  et prolonge les colorations.
Il est indiqué pour les cheveux secs, abîmés, colorés, fourchus, afro, crépus..

Je l’utilise en masque, ou en soin, en après shampoing..

Les recettes à succès :

On voit très souvent le beurre de karité utilisé en chantilly.
C’est une recette qui plait beaucoup, et qui est très simple, demandant juste de la patience, mais ça on en a ! Non ?
Ce qui fait la chantilly, c’est le fouettage. 
On fouette, on fouette, on fouette..
C’est mieux au fouet électrique, hein, quand même. 
On peut y ajouter un peu ce qu’on veut, huiles végétales, huiles essentielles, fragrances.. Il suffit d’avoir de l’imagination, et de savoir ce qu’on veut.

Exemples de recette :

Ce que j’aime de trop moi, c’est la chantilly lavante, et là, je vous renvoie vers ma dernière..


D’autres recettes ?
Aller ! 
Recettes d’émulsion avec du beurre de karité :


Recettes de baumes, sticks..


Autres..


Le beurre de karité est aussi extra dans les savons !


A l'achat 

De manière générale, on tourne entre 4/5e les 100g, à quelques exceptions.
Préférez toujours éviter le raffiné, et tant qu’à faire, prenez du bio et du brut, favorisons le commerce équitable :)
Oui, c'est vrai que le brut peut en freiner certaines/certains, car souvent reste l’odeur. 
Plus largement, je ne prévois pas le même karité selon ce que je veux en faire. 
Dans mes savons, je mets une qualité légèrement inférieure que dans mes crèmes ou autres recettes.


Voilà pour notre ami, le beurre de karité.
Perso, il fait partie des ingrédients que j’ai toujours en stock, notamment parce qu’il a l’avantage de pouvoir être utilisé seul et rapidement. Si je n’ai pas de crème, ou la flemme de tambouiller, hop, une noisette, et ça va mieux :)

J’espère que cet article vous aidera à mieux le comprendre !

Je vous souhaite un bon week end prolongé pour celles et ceux qui ont la chance de faire le pont, et je souhaite bon courage aux travailleurs et travailleuses.

A bientôt ! 


Et n'hésitez pas à me rejoindre sur ma page : Lilith Cosmétiques !
Et à vous abonner à ma newsletter.. Concours à venir :) 

9 commentaires:

  1. C'est un super article très détaillé et complet, comme d'habitude. Merci à toi de prendre le temps de le faire et merci pour le lien. Bisous ma belle

    RépondreSupprimer
  2. Très bon article. J'ai appris plein de choses.
    Et merci pour le lien vers ma recette <3

    RépondreSupprimer
  3. Très intéressant merci beaucoup

    RépondreSupprimer
  4. Super ton article, ça permet d'y voir plus clair. J'en apprends tous les jours. Merci

    RépondreSupprimer
  5. Quelle est la différence entre le brut et le purifié ? Et pour quelles utilisations on doit prendre le brut, le purifié ou le nilotica ? Merci !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le beurre de karité Brut, est, brut. De fait, une fois qu'il a été produit, on y touche plus. Purifié, il est décoloré et souvent désodorisé. Purifié peut vouloir dire deux choses : soit une purification physique, donc seulement une désodorisation et une décoloration, soit une purification chimique, soit un raffinage, qui a l'inconvénient de détruire une partie des qualités intéressante du beurre. On le fait parce que cela aide par exemple à la conservation, et réduit les risques de rancissement du beurre.
      Après, concernant les utilisations, c'est surtout une histoire de choix, pas tellement d'une utilisation de l'un pour les cheveux ou l'un pour le corps par exemple, mais plus de qualité et de méthode de production. Donc, on choisit des beurres non raffinés, purifiés que mécaniquement ( en général ce choix est fait à cause de l'odeur qui déplait à de nombreuses personnes) ou brut.

      Supprimer
  6. Merci à vous pour tous vos commentaires !

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour,
    Merci pour cet article très détaillé. Par hasard, sais-tu ce que veut dire Gisella Manske par le terme "filtré" ? J'ai regardé le descriptif du "Sheabutter natur filtriert bio", mais ce n'est pas expliqué. Merci d'avance pour ta réponse.

    RépondreSupprimer
  8. Superbe article, très intéressant! :)
    Pour ma part j'ai testé celui de chez Aromateasy, qui pour moi est le Rolls Roy des beurres de karité!
    En tous cas c'est une matière première indispensable pour moi ^^

    RépondreSupprimer