lundi 1 septembre 2014

Les "chouchous des tambouilleuses", gros plan sur l'huile végétale de Jojoba.


C’est quoi le jojoba ?

C’est un arbre ( si si ! ) qui appartient à la famille des Simmondsiaceae et à l’ordre des Euphorbiales.
Cet arbre est originaire du Nord du Mexique et du Sud des Etats Unis ( zone semi désertiques ) 
Il peut se  développer d’un climat méditerranéen à tropical, une répartition géographique vaste.
Il a un cycle de vie important qui peut dépasser les 100 années.
Il s’agit d’un arbuste, épais et touffu.


Les branches les plus développées sont  les plus basses ce qui leur donne la forme d’une demi sphère. Cet arbuste peut mesurer entre 2,5 et 5 mètres de hauteur.
C’est une plante à racine pivotante qui assure l’ancrage et le stockage de ses réserves. La plante peut ainsi résister jusqu’à un an et demi sans eau.
Les feuilles sont ovales, de couleur vert pâle, variant selon leur âge ( vert, gris, jaune verdâtre..)
 Elles sont velues sur les deux faces.

On distingue les fleurs mâles et femelles qui poussent sur des pieds séparés de manière égalitaire.
Les fleurs femelles sont vertes pâles tandis que les fleurs mâles sont jaunes, disposées en grappes.
L’arbuste fleurit en mars avril.

Le fruit du jojoba est une capsule qui se développe en juillet août. Il contient une graine de 2 à 4 cm de long qui peut être stocké sur plusieurs années.






Histoire du jojoba

On trouve une mention du jojoba dans le journal du père Junipéro Serra en 1769, puis en 1789 dans l’ouvrage «  Storia della California » du père jésuite Clavijero.


 Junipéro Serra

Clavijero

Les indiens l’utilisaient en tant que remède pour cicatriser les blessures et protéger la peau, mais consommaient aussi les graines très riches en protéines ( 35% )
Des études réalisées par les américains Foster et Greene mettent en parallèle l’huile de jojoba et le blanc de baleine, fortement utilisé à l’époque, jusqu’à l’interdiction de l’extermination des baleines par les USA en 1971.
Les mexicains l’appelaient chohobba, les indiens Hohowi.
Son nom scientifique vient d’une confusion entre deux espèces par le botaniste Link qui en décryptant les notes du découvreur Nuttal l’avait pensée originaire de Chine d’où le nom Buxux Chinensis ( pour l’espèce )

La production et la composition de l’huile végétale de jojoba.

L’huile de Jojoba vient de la graine, qui peut en renfermer jusqu’à 60 de cire %. 
Il existe deux modes d’extraction, par solvant et donc avec un raffinage poussé et par pression à froid.
La récolte doit se faire lorsque les graines sont mûres ou presque, environ 5 mois après la floraison.
La production essentiellement mexicaine et américaine s’est étendue depuis 1976 à l’argentine, l’australie, Israel et le Pérou.
La culture du Jojoba est conditionnée par les points suivants :
  •          Une température entre -5 et 50° (étonnant !)
  •          Un sol profond pour la racine pivotante de la plante.
  •         L’arbuste préfère les années pluvieuses.
  •        Le vent permet le transport des grains de pollen : fécondation anémophile.





Les exportations mondiales étaient de 1770 tonnes en 2006. (Argentine 43%, Israël 29% Pérou 15% USA 9% )

On parle d’huile de Jojoba, et pourtant, il s’agit, de par sa composition plus d’une cire !
En effet, elle comporte 97% d’esters cireux.
Elle contient un fort taux d’acides gras poly insaturés et a une haute teneur en insaponifiables.






Caractéristiques de l'huile de Jojoba 

Aspect : liquide limpide 
Odeur : douce, rappelant la noisette
Couleur : jaune or
Densité : 0,860-0,870
Point de solidification : 6,7-7,0°C
Point de fusion : 11,2 - 11, 8 °C
Point d'ébullition : 338°C
Viscosité à 99°C : 48 cps
Indice de réfraction ( 20°C) : 1,4640 - 1,4660
Indice de saponification : 85 - 98
Indice d'iode : 80 - 90 

Pourquoi je l’aime ?

Parce qu’elle est très polyvalente.
Elle est celle qui se rapproche le plus du sébum humain et possède donc une très grande affinité avec la peau et les cheveux.
Elle prévient la déshydratation. Crée une couche d’hydratation non grasse à la surface de la peau. Elle est nourrissante, régénérante, assouplissante, protectrice…
Grace à sa texture sèche et sa composition elle permet de réguler les peaux grasses mais aussi les cheveux gras.
Les cheveux secs et cassants l’aiment aussi.
Elle apporte brillance et souplesse aux cheveux.


Pourquoi je l’utilise ?

Pour ma peau sèche, et/ou déshydratée.
Pour ma peau grasse/mixte.
Pour ma peau sensible.
En anti-rides.
Pour protéger ma peau des éléments.
Pour mes cheveux gras. Pour mes cheveux secs à racine grasse. Pour mes cheveux ternes, cassants, pour lutter contre leur chute.

Je fais quoi avec ?

Sérum purifiant chez cocoetcacao

En espérant que cet article vous a plu et donné des idées ! 


N'hésitez pas à me suivre sur ma page facebook Lilith Cosmetiques



2 commentaires:

  1. j'aime beaucoup quand tu fais ce genre d'articles, ça nous apprend des trucs et après ça nous donne des idées, que demande le peuple!!

    RépondreSupprimer