mercredi 26 août 2015

Les conservateurs #2 : les conservateurs utilisés dans la cosmétique traditionnelle.

Un des arguments, souvent, pour les gens qui se mettent à la cosmétique maison, est celle de la composition des produits du commerce, qu'ils ne peuvent contrôler.

Souvent incriminés... les conservateurs....

Nous allons donc voir, d'une manière générale, les conservateurs les plus utilisés dans la cosmétique traditionnelle.

Les très controversés PARABENES. 

On donne le nom de " Parabènes" à un groupe d'esters p-hydroxybenzoic acid ( PHBA) qui sont utilisés dans les cosmétiques à différentes concentrations. ( de 0,4% à 0,8% selon si l'on n'en utilise qu'un ou plusieurs)
Dans ce groupe on trouve : methylparaben, ethylparaben, propylparaben, isopropylparaben, butylparaben, isobutylparaben, benzylparaben. 

Les parabènes peuvent être désactivés par les tensioactifs non ionique, la gelatine, certaines protéines... Ils sont donc souvent combinés avec d'autres conservateurs.





Pourquoi sont-ils critiqués ? 


En 2004 est parue une étude faisant le lien entre les parabènes employés dans les déo, et les cancers du sein. 
Le Comité Scientifique sur la Sécurité des Consommateurs s'est donc penché sur le problème, sans pouvoir prouver, jusqu'ici, le caractère cancérigène des parabènes. 
Différentes études, par différents instituts sont arrivées aux mêmes conclusions. 
Les parabènes peuvent déclencher des allergies mais ne seraient pas responsables de cancer. 
Difficile donc, d'arriver à une conclusion.


Donc, que fallait-il faire ?

L'étude ayant fait grand bruit, la plupart des grandes marques ont décidé de remplacer les parabènes par d'autres conservateurs (pas forcément une amélioration, nous le verrons) 
Le Comité Scientifique sur la Sécurité des Consommateurs, a quant à lui, proposé d'abaisser le taux des parabènes dans les cosmétiques, dans le doute. 
Ces taux limites ont été rendu public en 2010. 
Ainsi, le méthylparaben et l'ethylparaben sont limité à 0,4% et le propylparaben et le butylparaben à 0,19%. Les autres parabènes, par manque de données, ont été interdits. 

Nous sommes donc souvent passés au sans parabène.


Mais avec quoi "remplacer les parabènes"? 
(en réalité, on ne remplace pas mais bon...)


Le Formaldéhyde et les libérateurs de formaldéhyde. 


Celui ci est classé cancérigène et pourtant il est encore autorisé dans les cosmétiques s'il ne dépasse pas 0,2% ( 0,1% dans les produits courant un risque d'ingestion - bucco/dentaires). Il doit être signalé au dessus de 0,05% sur l'emballage. 

On trouve aussi les libérateurs de formaldéhyde suivants :

Diazolidinyl urea : C'est un allergène reconnu, à fort pouvoir allergisant, bon antibactérien, mais plutôt faible avec les champignons d'ou le fait qu'il soit combiné avec d'autres conservateurs. 
Imidazolidinyl Urea : C'est un allergène reconnu, à fort pouvoir allergisant, se comporte comme le premier. 
DMDM Hydantoin (pouvoir allergisant modéré)
MDM Hydantoin


Les Composés Organohalogénés.

Ces composés voient leurs molécules comporter du chlore, du brome ou de l'iode.
Non seulement ils sont fortement allergènes mais en plus ils sont réactifs et peuvent provoquer des dommages dans les tissus en s'y fixant.
Ils sont déclarés surs par l'industrie cosmétique, et pourtant, en 2008, le Méthyldobrome Glutaronitril a été interdit.

On trouve les composés suivants :

Iodopropynyl butylcarbamate (libère de l'iode)
chloroxylenol
Chlorphenesin
Methylisothiazolinone ( fortement allergène, provoque des irritations importantes)
Methylchloroisothiazolinone ( fortement allergène, provoque des irritations importantes)

Le Phénoxyéthanol 




Le phénoxyéthanol est un éther de glycol.
Sa concentration maximale dans les produits cosmétiques est limitée à 1%.
Ce conservateur a été longuement étudié par l'ANSM ces dernières années.

Un rapport est paru en 2012 et donne les informations suivantes :

"Les études toxicologiques disponibles ont montré que le phénoxyéthanol est absorbé par voie orale et cutanée, il est essentiellement métabolisé par le foie et éliminé par les urines. Il n’est pas irritant pour la peau, ni sensibilisant, mais provoque une irritation oculaire modérée à sévère. Il ne semble pas présenter de potentiel génotoxique mais est suspecté d’être toxique pour la reproduction et sur le développement à fortes doses chez l’animal. Toutefois, aucune publication de tels effets systémiques attribuables au phénoxyéthanol, suite à l’utilisation de produits cosmétiques, n’a été rapportée chez l’homme."

Ainsi, la limite de 1% n'a pas été revue chez l'adulte.
Pourtant, concernant les produits pour les enfants (de moins de 3 ans surtout) il a été recommandé de baisser la dose à 0,4% maximum et de ne plus l'utiliser dans les produits destinés au siège.
S'agissant d'une recommandation, il reste cependant utilisé dans les lingettes pour bébé par exemple.

En 2013, Consoglobe dressait la liste des lingettes contenant encore du phénoxyéthanol :

- Auchan baby au lait de toilette sans parfum peaux sensibles aux extraits d’amande douce et de miel
- Carrefour baby sensitive 0 % paraben et parfum
- Nivea baby Soft & Cream
- Mixa bébé à l’eau nettoyante
- Mixa bébé au lait de toilette
- Marque Repère E.Leclerc, Mots d’enfants, ultra douces Aloe Vera Huile d’amande douce
- Pampers baby wipes
- Pampers sensitive
- Pampers sensitive maximum care
- Pampers simply clean
- Top budget Baby

J'ignore si des améliorations ont été apportées à ce jour, à vérifier donc .. 
A priori, Auchan aurait lancé une gamme de lingette sans parabène ni phénoxyethanol. 

Le phénoxyéthanol a l'avantage cependant de ne pas libérer de formaldéhyde. 
On le couple généralement avec un paraben pour augmenter son pouvoir contre les champignons. 
On l'utilise aussi souvent comme stabilisateur de fragrance.


Le Propylène Glycol 

Le propylène Glycol concerne le propane -1,2-diol. C'est un liquide incolore, légèrement visqueux, peu volatile, et pratiquement inodore.
Il a une fonction conservatrice mais est surtout utilisé comme solvant dans la cosmétique.
Une irritation est reconnu en cas de contact avec les yeux, et il serait allergisant. Cependant, sa toxicité n'est pas prouvé, au contraire, sauf en cas d'utilisation à très haute dose, ce qui n'est pas le cas dans son emploi courant. 


L'EDTA, un stabilisateur de produit. 
(et les autres agents de chélation ) 

L'Éthylène Diamine Tétra-Acétique est un agent chélateur. Si je le cite ici, c'est parce qu'il a, par sa fonction, un rôle stabilisateur dans la conservation. C'est le plus connu des agents de chélation, mais pas le seul. 
Si vous souhaitez en savoir plus, je vous conseille cet excellent article de Caroline, sur son blog " les coquelicots de Caro " 


Pourquoi on en parle ? 

L'EDTA a été lui aussi pas mal diabolisé ces derniers temps.
Il ne serait pas dégradable, pourtant, cette théorie ne semble pas avoir été prouvée et est à tempérer : 
Sa dégradation doit être mis en rapport avec les autres composés auxquels il est associé. Ce qui la rend plus lente, il est vrai que d'autres composants biodégradables.
De plus il a été démontré que l'EDTA pouvait être utilisé... pour nettoyer et détoxifier des zones fortement polluées !
Le problème d'une toxicité possible de l'EDTA viendrait surtout d'un abus de ce produit.

.....

Voici donc un petit tour général des conservateurs les plus courants de la cosmétique traditionnelle.
Dans le prochain article, nous verrons les conservateurs utilisés dans la cosmétique "bio" ou "maison".
Vous pouvez si vous le souhaitez, voir ou revoir l'article numéro 1 de cette série concernant les conservateurs :
Les conservateurs #1 : Généralités 

A bientôt pour la suite !
Et n'hésitez pas à me suivre sur ma page facebook : Lilith Cosmétiques 





Sources : 
L'observatoire des Cosmétiques
INRS - publications
Consoglobe
Swiftcraftymonkey
Makingskincare.com
Colins'beautypages
Lescoquelicots de Caro
nononsensecosmethic.org
Stiens - La vérité sur les cosmétiques 
..... 


6 commentaires:

  1. Bonjour,
    Merci pour cet article qui démystifie les parabènes entre autres.
    J’avais aussi lu que les problèmes qu’ils causaient venaient surtout de leur surdosage à l’origine, où on ne savait pas trop les doser (étant nouveaux), comme souvent c’est la dose qui fait le poison. :-)
    J’ai hâte de lire la suite de cette série !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      Oui tout à fait, c'est souvent la dose qui fait le poison !

      Supprimer
  2. Tres interessant cet article. Je suis en pleine recherche sur les conservateurs donc ça tombe à pique et ça va pouvoir aiguiller mes recherches ! Je vois bcp de gens se mefier des conservateurs sans trop savoir pourquoi ou pour de mauvaises raisons. On s'arrête souvent à la première études et/ou à celles qui a fait beaucoup de bruit sans prêter attention à celles qui suivent donc merci pour cet eclaircissement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est totalement ça ! D'où mon envie d'écrire cette série d'article, je trouve dommage d'avoir peur de quelque chose sans savoir pourquoi !
      Merci pour ton com' :)

      Supprimer