lundi 17 octobre 2016

Histoire des Cosmétiques : Matières premières colorantes dans l'Egypte Ancienne.

Ah l'Egypte et ses mystères..
J'ai longtemps voulu être égyptologue (pas forcément original, me direz-vous) et j'ai dévoré des ouvrages et des ouvrages.. Ma bibliothèque regorge encore de livres sur l'Egypte Ancienne.
Bon, j'ai fini par me spécialiser en antiquité romaine, comme quoi, mais quel plaisir de revenir "aux origines"..
En plus ça tombe bien, chronologiquement... et symboliquement.

En effet, les représentations égyptiennes nous montrent des femmes maquillées, fardées.
Leur beauté est légendaire, tout comme le "khôl" qui entoure leur regard.



Mais qu'utilisaient-elles ?


Le teint des égyptiennes 

Les ocres, principalement, étaient utilisées : l'ocre rouge, pour les joues ; l'ocre jaune pour le teint.
Ces minéraux avaient l'avantage de se mélanger facilement, à l'eau comme aux graisses végétales ou animales.

Le terme d'ocre désignait les différents minérais de fer, qui par leur préparation, utilisation, mélanges, donnaient différentes teintes.

Les veines du front et des tempes étaient soulignées de bleu.

Les lèvres 

Pour colorer leurs lèvres les égyptiennes utilisaient là encore des minéraux, des ocres ou des oxydes de plomb.

Les yeux 

Malachite 

Le contour des yeux était entouré de noir ou de vert.
Le noir, très important et symbolique, personnifié par l'oeil d'Horus, l'Oudjat,  provenait soit de d'un composé critallisé de sulfure de plomb (galène) soit d'oxyde de manganèse .
Le vert, couleur d'Osiris, était réalisé à partir d'un carbonate de cuivre, la malachite. Les poudres étaient en générale mélangées avec de la graisse animale, et appliquées à l'aide d'un bâtonnet en bois ou en ivoire.





Ces deux usages avaient un rôle à la fois "cosmétique" et protecteur.
(soleil, infections et maladies des yeux)
On récitait des incantations  à l'application pour la protection des yeux : Viens malachite ! Viens, malachite ! Viens, la verte ! Viens écoulement de l’œil d’Horus ! Viens rejet de l’œil d’Atoum ! Viens sécrétion sortie d’Osiris ! ...(Papyrus Ebers).

Oeil Oudjat
Les fards égyptiens sont majoritairement fabriqués à base de dérivés de minérais de plomb.
Ces dérivés n'étaient pas forcément issus de la nature, mais bien réalisés de manière " chimique" par les égyptiens. Par exemple, la phosgénite et la laurionite qui proviennent d'une réaction d'oxydation du minérai de plomb avec des eaux carbonatées ( ou chlorées).
Des mélanges étaient réalisés avec du cuivre, du calcium de roches calcaires et de la silice, permettant d'obtenir différentes couleurs, comme le bleu.





Les différentes couleurs utilisées par les égyptiens, hommes ou femmes, avaient une valeur esthétique, protectrice mais aussi symbolique et religieuse, sacrée. Le bleu "égyptien" représentait l'essence divine, le noir l'Egypte " terre noire", Horus... le vert, Osiris, le jaune/doré, la chair des dieux...



Alors, envie d'un maquillage à l'égyptienne ? 
A bientôt pour la suite ! 
Charlie

1 commentaire: