mardi 29 novembre 2016

Réaliser sa base lavante à tout faire.


L'idée de la recette du jour est de réaliser une base lavante qui sera adaptable à vos besoins.

Pour cela, il faut prendre en compte plusieurs points :

1/ Les tensioactifs que l'on va utiliser
2/ Le pouvoir lavant
3/ La conservation
4/ La texture


Il faut savoir qu'utiliser un seul tensioactif est un peu une aberration en cosmétique.
Pour avoir le produit lavant idéal, il vous faut en coupler au minimum 3.

Les tensioactifs se divisent en plusieurs catégories (pour en savoir plus dirigez-vous vers mon article sur le sujet)
Pour une base lavante, il nous faut donc utiliser des tensioactifs  de 3 catégories :

=> Anioniques :  type Sodium Coco Sulfate (SCS), Sodium Cocoyl Isethionate (SCI), Sodium Lauryl Sulfoacetate (SLSA)
=> Amphotères : type Babassuadomipropylbetaine, Cocamidopropyl Bétaine
=> Ioniques :  type Decyl Glucoside, Coco Glucoside, Lauryl Glucoside..



Chacun ayant une place particulière :
=> Les anioniques, tensioactifs primaires sont les plus lavants.
Ils sont théoriquement sensés être au pourcentage le plus élevé.
=> Les amphotères, tensioactifs secondaires sont là pour réduire l'agressivité des premiers.
=> Les ioniques, eux sont là pour apporter douceur, mousse, texture.

(Bien évidemment, on peut adapter en fonction du destinataire ou de la destination du produit)

Chaque tensioactif a un pouvoir lavant particulier qu'il faut prendre en compte.

En voici quelques uns :

Coco Glucoside : 51-53%
Decyl Glucoside : 51-55%
Lauryl Glucoside : 50- 53%
Bétaine : 29-32%
Babassu : 34-38%
SLSA : 65%
SCS : 92-95%
SCI : 82-85% sauf si solution à 30 : 27-33%.




Pour une base lavante qui conviendrait à peu près à tout, suggérons un pouvoir lavant d'environ 15.
(Les ajouts le réduiront si besoin)
Pour calculer le pouvoir lavant, on multiplie le pourcentage du tensioactif d'une recette par son pouvoir lavant et on additionne. Nous y reviendrons.
Pour cette base, nous partons sur 40% de tensioactifs.
Le reste sera donc majoritairement de l'eau.



Il nous faut par conséquent un conservateur, à adapter en fonction de nos besoins.
Vous pouvez coupler différents conservateurs de la cosmétique maison, type Cosgard et Complexe Sorbate Benzoate (0,8% de chaque) ou utiliser un conservateur plus traditionnel, type GDI.
Attention, si vous effectuez beaucoup d'ajout à cette base, il vous faudra recalculer votre conservateur.

Pour jouer sur la texture, vous pouvez lui intégrer différents produits.
Des gommes, par exemple, vont agir sur sa viscosité.
La glycérine et l'alcool auront un effet clarifiant, mais aussi conservateur selon le pourcentage utilisé.


Après, vous pouvez lui ajouter des produits type huiles, actifs, fragrances.. A vous de voir.


C'est parti pour le calcul.

Imaginons partir sur cette base :

Environ 40% de Tensioactifs :

SCS  : 3%
SCI : 6%
Bétaine : 11%
Decyl : 20%


Calcul du pouvoir lavant (J'ai pris des indices "moyens")
3x94+6x32+11x31+20x53= 282 + 192 + 341 + 1060  = 1875
1875/100 = 18,7
Donc, notre pouvoir lavant est un peu trop élevé.
Il nous faut donc faire des choix pour le diminuer.
Remplaçons par exemple le SCS par le SLSA, et changeons quelques pourcentages.

3x65 + 8x32 +15x31 + 12x53= 195 + 256 +465+636= 1552
Soit 15,52 de pouvoir lavant pour 38% de tensioactifs.

La base de tensioactifs serait alors la suivante :

SLSA : 3%
SCI : 8%
Bétaine : 15%
Decyl Glucoside : 12%
(vous pouvez faire Coco Glucoside 6% et Decyl Glucoside 6%)

A cet base, ajoutons 10% de glycérine, notre conservateur, la gomme et l'eau.

Imaginons donc la recette suivante : 

SLSA : 3%
SCI : 8%
Bétaine : 15%
Decyl Glucoside : 12%
Glycérine : 10%
Eau déminéralisée : 51,4%
GDI : 0,3%
Gomme Xanthane : 0,3%


Vous avez deux manières d'utiliser cette base :

Soit vous la fabriquez, et vous lui ajoutez les produits au besoin.

Par exemple :

Base lavante maison : 95%
Ajouts : 5%

(Attention à ce moment là à la conservation, et aussi à la viscosité du produit, certains ajouts peuvent jouer la dessus ; adaptez, donc.

Soit vous réalisez à chaque fois votre recette en enlevant au pourcentage d'eau ce que vous voulez ajouter (ce que je vous conseille quand même!)

SLSA : 3%
SCI : 8%
Bétaine : 15%
Decyl Glucoside : 12%
Glycérine : 10%
GDI : 0,3%
Xanthane : 0,3%
Eau déminéralisée : ?
Ajouts : ?

Avec cette base vous pouvez réaliser des shampoings et des gels douche sans souci.. Même du deux en un, le pouvoir lavant étant plutôt adapté.
Après, il vous suffit de mettre les ajouts en fonction de la destination ou du destinataire du produit..
Pensez évidemment à vérifier votre pH.


Exemple simple : 

SLSA : 3%
SCI : 8%
Bétaine : 15%
Decyl Glucoside : 12%
Glycérine : 10%
GDI : 0,3%
Xanthane : 0,3%
Eau déminéralisée : QSP100%
Fragrance : 2%
Actif : 2%

Vous pouvez même la modifier pour lui donner un aspect crème avec un émulsifiant ( à ce moment là, réduisez ou supprimez la gomme)

Par exemple : 

Eau : QSP 100%
SLSA : 3%
SCI : 8%
Bétaine : 15%
Decyl Glucoside : 12%
Glycérine : 10%
Emulsifiant : 5%
Alcool cétylique : 2%
Huile végétale : 10%
Fragrance : 2%
Conservateur : QSP 100% 

Sachez cependant que tout corps gras réduira d'autant votre mousse.


Réalisation de la base : 

Faites fondre vos tensioactifs solides dans vos tensioactifs liquides et la glycérine, puis ajoutez l'eau en remuant doucement : l'idée est de ne pas trop faire mousser.
Les tensioactifs solides doivent complètement se diluer.
Ajoutez la gomme xanthane en faisant attention de ne pas avoir de grumeau.
Puis, votre conservateur (adaptez selon celui que vous utilisez le pourcentage et la température d'ajout)
La base est prête.
Elle est liquide au début, laissez la reposer.






Si vous voulez en savoir plus, n'hésitez pas à consulter les liens suivants :
Les tensioactifs, ce qu'il faut savoir
Chez Danser en Petite Culotte :
Focus sur les tensioactifs
Formuler des détergents  
Chez Les coquelicots de Caro
La "SAL" des tensioactifs 

Alors, elle vous tente cette petite base ? 
A bientôt ! 
Charlie 

dimanche 27 novembre 2016

Histoire des cosmétiques : La Toilette durant l'Egypte Ancienne.

L'hygiène et la toilette sont indissociables de la cosmétique et de la beauté.

Les égyptiens en avaient une conscience aiguë.

Outre les célèbres bains au lait d'ânesse, le bain simple était courant dans les familles aisées qui disposaient souvent de salles de toilette.

On se lavait le matin, mais aussi plusieurs fois dans la journée, après les repas, le soir.




Les produits d'hygiène : 

Le savon, "souabou" était réalisé à base d'une pâte dégraissante contenant de la cendre ou de l'argile.

Nefertiti, par exemple, frottait chaque jour son corps de carbonate de chaux naturel, ce qui permettait un gommage, suivi d'une application de pâte argileuse pour adoucir.
On utilisait des pierres identiques à nos pierres ponces pour les coudes et les pieds.
Le corps était massé avec de l'huile de palme, de noix ou d'olive.
On utilisait des onguents, des huiles aromatiques afin de combattre le dessèchement dû à l'eau du bain.
Ces onguents était utilisés par tous, pour protéger la peau, même si la composition variait selon les classes sociales. Pour la classe moyenne, il pouvait s'agir d'huile de ricin, dans laquelle avait macéré menthe et origan.




L'épilation : 

Les poils étaient enlevés grâce à une pince à épiler ; ceux des sourcils de la même manière avant d'être re-dessinés.

Le déodorant : 

On utilisait un onguent contenant un mélange de térébenthine, encens, parfums et graines.

Le "dentifrice" :

L'égyptienne utilisait des poudres avec lesquelles elle se frottait les dents.
Par exemple, un mélange de cendres et d'argile à foulon, ou du charbon d'acacia.
On connait aussi le Sonabou, mélange de sabot de boeuf, de myrrhe, d'écaille d'oeuf brûlés, de pierre ponce et d'eau.
Néanmoins, les égyptiennes avaient les dents très abîmées, notamment à cause de la consommation d'une farine "grossière" qui en usait l'émail.


Alors, la beauté à l'égyptienne, vous en pensez quoi ? 
A bientôt pour la suite ! 
Charlie

vendredi 25 novembre 2016

DIY de Noël : Des savons, SAF et Melt and Pour.



Offrir des savons, ça fait toujours son petit effet !

* Saponification à Froid

Si vous souhaitez offrir des savons "type" saponification à froid, je vous conseille d'avoir un minimum d'expérience (et de vous y prendre en avance, vu le délai de cure!)
(Sinon vous pouvez aller voir sur ma boutique 😁 )

Vous pouvez réaliser ce type de savon, avec des inclusions :



Réaliser d'abord les inclusions : étoiles, sapins.. Tout ce qui vous fait envie.
Un fois démoulé, vous pouvez faire le reste du savon. 
Coulez une partie, mettez votre "figure" et finissez de couler. 

Peu importe votre recette, au final. 

* Melt and Pour 

Si vous ne connaissez pas la saponification à froid, tournez vous vers le Melt and Pour.
Il s'agit d'une base de savon glycériné, qu'il vous suffit de fondre. 
Vous pouvez ajouter environ 5% d'ingrédients (huile, beurre, mica, fragrance) 

Cela vous permets de leur donner une forme, par exemple avec des moules spéciaux, type sapins, étoiles, coeurs.. 
Choisissez des Fragrances spéciales, chez La Folie Des Senteurs par exemple comme : cèdre et pain, sucre d'orge, oranges épicées, menthe chocolat, pain d'épices, Panettone...
Choisissez des couleurs de Noel, rouges, dorés, verts, argentés... toujours chez La Folie des Senteurs

Une année j'avais réalisé le savon suivant :



Vous pouvez retrouver le mode opératoire par là : You're Star, My Love

Après, libre à vous de mettre ce que vous voulez !

N'hésitez pas à partager vos oeuvres ! 
Retrouvez moi sur ma page facebook : Lilith Cosmétiques 
Bonne tambouille 😊

A bientôt
Charlie 

mardi 22 novembre 2016

Et mon tatoo ?





Nouveau ou un peu moins nouveau, un tatouage nécessite une attention particulière...
Avant de parler soin, revenons cependant un peu sur celui-ci..







Le principe de "base" du tatouage est simple et pourtant sa signification est multiple.
Il s'agit d'un " dessin" appliqué sur
le corps, à l'aide d'une aiguille entre l'épiderme et le derme.






La signification peut être esthétique, spirituelle, religieuse, magique, médicale, tribale, d'appartenance...
Nous avons connaissance de tatouages très anciens attestant de la pratique à des périodes reculées.






Initialement, ils étaient réalisés avec de petits os ou d'aiguilles. Aujourd'hui la technique la plus couramment utilisée est celle du dermographe. L'encre utilisée est diverse avec des pigments issus de l'industrie chimique ; des couleurs à base de métaux, parfois de métaux lourds et donc toxiques ;  même si la législation se penche sur ce souci.




Des mesures d'hygiène importantes doivent être prise : la peau est "percée" et on y injecte un produit. Des infections peuvent donc se produire très facilement.
Les outils doivent être stérilisés, la partie de la peau tatouée désinfectée ; le tatoueur doit désinfecter tout ce qu'il ne peut stériliser et porter des gants.
Après le tatouage, la zone doit être à nouveau désinfecter puis protégée à l'aide d'une pommade cicatrisante. On applique un pansement, voir du cellophane sur la plaie.


A la maison, il vous faudra traiter votre tatouage comme une blessure : nettoyer et aider à la cicatrisation.
Et oublier toute exposition au soleil, piscine, bain d'eau de mer...

Les soins  

Pour laver votre tatouage, utilisez de l'eau et un savon doux. Un SAF ( Savon réalisé avec la technique de la saponification à froid) surgras conviendra parfaitement. Vous pouvez aussi utiliser une base lavante douce.

Appliquez ensuite une crème ou un baume.

Dans le cas de la réalisation d'un baume partez sur une base cicatrisante avec par exemple les huiles suivantes :

=> Beurre de karité
=> Huile végétale de Rose musquée
=> Huile d'Argan
=> Huile de Macadamia
=> Argousier
=> Piqui
=> Amande Douce


Réalisez un baume en ajoutant une cire.
Vous pouvez ajouter un faible pourcentage d'huile essentielle pour aider à la cicatrisation type Lavande Officinale dans un second temps.
Dans le cas d'une crème partez sur la même base mais réalisez une émulsion, avec un fort pourcentage d'huile et un émulsifiant adapté, avec de la glycérine végétale et un conservateur.

Par exemple :

Beurre de Karité : 5%
Huile d'Amande Douce/ Caprylic : 20%
Olivem : 5%
Alcool Cétylique : 2%
Eau déminéralisée : QSP 100%
Glycérine végétale : 10%
Conservateur et Actifs : QSP100%






Une fois la cicatrisation faite, il vous faudra prendre soin de votre tatouage, notamment en évitant, autant que possible de l'exposer ; dans le cas où vous n'auriez pas le choix, protégez le au maximum des possibilité avec une crème solaire à indice élevé.




Si vous ne souhaitez pas vous faire un tatouage définitif, profitez de la magie du henné (choisissez du henné traditionnel ou naturel en vérifiant sa composition).. ou des tatouages "autocollants" en allant par exemple faire un tour chez Sioou !


Nous reviendrons dans un prochain article sur le tatouage au henné : lequel choisir, comment l'appliquer..


samedi 19 novembre 2016

DIY de Noël : Les Fondants pour Brûle Parfum.



Un chouette cadeau qui change pour les fêtes : le brûle parfum et les fondants.
J'aime bien en offrir, j'en avais fabriqué pour toute la famille de mon chéri une année.

Maintenant, je les achète chez Adélie et Cie, pour plusieurs raisons :

=> C'est une amie
=> C'est artisanal
=> Ils sont géniaux, magnifiquement emballés
=> J'ai moins de temps.
=> Au moins j'en mets pas partout en le faisant moi même :p


Si vous êtes dans mon cas, n'hésitez pas à aller faire un tour sur sa boutique.




Dans le cas contraire sachez que vous pouvez aussi en réaliser vous même.


Il vous faut : 

*Des petits moules
*De la cire végétale
*Huiles/ Végétaline
*Des micas (optionnel)
*Des fragrances
*Du matériel pour la fonte, mélange...



On trouve pas mal de recettes de fondants sur les blogs.

Voici les " bases" :

Vous pouvez faire simple et faire un 100% cire végétale de Soja, et tout simplement lui ajouter micas et fragrances.
Vous pouvez ajouter un peu de cire d'abeille à votre cire de soja, autour de 10% par exemple.



Pour faire moins cher, vous pouvez utiliser de la végétaline, mais il faudra la coupler avec de la cire type cire d'abeille (blanche idéalement)

Par exemple :  25% cire d'abeille, 75% végétaline.

Pour la fragrance, vous pouvez tourner entre 5 et 10%.
Cela étant, ça va vraiment dépendre de celle que vous utilisez, donc si vous avez le temps, faites des tests.
Les micas colorent bien, mettez-en peu.

On fait fondre, on ajoute micas et fragrance, et hop, on coule !
Laissez refroidir.

Pour les emballer, amusez vous : papier de soie, petites boites, sachets en tissu.. ( attention quand même, c'est gras!)


N'hésitez pas à partager vos oeuvres ! 
Retrouvez moi sur ma page facebook : Lilith Cosmétiques 
Bonne tambouille 😊

A bientôt
Charlie 



jeudi 17 novembre 2016

Du 2 en 1 pour les pressés : "Crème" Corps et cheveux.


En ce moment, je n'ai pas le temps du tout du tout de me faire mes produits..
Quand on dit que les cordonniers sont les plus mal chaussés..
Bref, du coup je suis partie sur une prépa qui puisse me servir un peu pour tout..
Utilisation pour le corps, même le visage si vous avez la peau sèche ou qui tiraille.
Vous pouvez l'utiliser comme crème de douche, ou comme crème tout court !
Utilisation en masque ou avant/après shampoing cheveux.
Idéal pour cet hiver !

Non, évitez, le bain de neige, c'est surfait. 
La Recette 

Phase A
Eau déminéralisée : QSP100%
Poudre d'Avoine : 3%
Glycérine végétale : 10%
Xanthane : 0,2%

Phase B 
Huile végétale d'Amande Douce : 6%
Squalane Végétal : 5%
Caprylis : 5%
Polawax : 4%
Alcool cétylique : 2%
Vitamine E : 0,2%


Ajouts 
Panthénol : 2%
Extrait de Lupin : 1%
Fragrance Coeur de Vanille (LFDS) : 2%
Conservateur GDI : QSP 100%

Mode Opératoire 

Pesez vos ingrédients :
D'une part la phase B, d'autre part la phase A. Diluez bien la xanthane et la poudre d'avoine dans votre mélange Eau/glycérine. Vous allez obtenir une sorte de "gel" un peu épais.
Faites chauffer au bain marie jusqu'à fonte.
A température, sortez et mélangez en versant votre phase B dans votre phase A. Mélangez longuement.
A froid, mettez vos ajouts.
Mélangez jusqu'à obtenir une belle texture crème.



A l'application, massez jusqu'à pénétration complète. Les petits "morceaux" d'avoine qui subsistent vont "fondre" sur la peau. La crème pénètre bien, ne laisse pas de trace blanche.
Sous la douche, appliquez là après lavage, rincez, (ou pas!) séchez vous !
Sur vos cheveux, utilisez là en avant shampoing, après shampoing, masque sur cheveux secs ou mouillés.. Selon vos besoins !



Alors, vous en dites quoi ? 
A bientôt,
Charlie

vendredi 11 novembre 2016

Fiche pratique : Gouttes, grammes et millilitres

Fiche Pratique 
Les Bases
Gouttes, grammes et Millilitres 



Nous avons souvent dans une recette la question qui se pose de comment passer du gramme/Millilitre à la goutte ou vice versa.
La plupart des actifs sont fournis avec un " codigoutte". 

Il est donc important de connaitre le rapport goutte/ml.

Dans le cas des huiles essentielles nous sommes majoritairement sur une moyenne de  35 gouttes = 1ml. 


(Dans le cas de l'utilisation d'une balance, et d'une recette en grammes, il suffit de peser)


Vous voulez passer du gramme à la goutte


Il vous faut d'abord passer par un calcul de densité  = Gramme => Millilitres => Gouttes.

En général, la correspondance Millilitres/gouttes est donnée sur les fiches techniques des ingrédients.

Prenons un exemple. Le Panthénol  (Provitamine B5)

Nous savons qu'1ml = 26 gouttes environ.

Sa densité est de 1,15.

J'ai une recette où l'on me donne la masse (gramme) du panthénol, mais je veux passer en gouttes : 

Je réalise le calcul suivant : 

Volume = Masse / densité.
Pour 3 grammes : Volume = 3/1,15 
Volume = 2,6
Donc : 3 grammes = 2,6 ml
Ensuite je passe en gouttes : je sais qu'1 ml = 26 gouttes

Si j'ai le volume, le calcul est donc très simple : on multiplie le volume par le nombre de gouttes pour 1 ml. 

Volume = nombre de gouttes pour 1 ml * Volume  x = nombre de gouttes pour volume x

Pour simplifier : pour avoir le nombre de gouttes désiré "y". On multiplie le nombre de gouttes pour 1 ml "z" par le volume connu "x"y = z * x 

Sachant que x = 2,6 

z = 26
y = 26*2,6
Donc : y = 26 (gouttes) *2,6 (ml) = 67,6 gouttes
Pour mes 2,6ml de provitamine B5, il me faudra mettre 67 gouttes.

Si j'ai le nombre de gouttes et que je veux connaitre la masse, je réalise le calcul suivant: 
Volume : x=y/z
Soit x = 67 (gouttes)/26(gouttes)=2,6
Donc pour 67 gouttes, je dois mettre 2,6 ml de Panthénol

Pour obtenir ma masse, je repars de la densité :
Masse = 2,6*1,15 = 3 grammes
Donc pour 67 gouttes de Panthénol, il me faudra mettre 3 grammes




Est-ce clair ? 





A vos questions ! 

samedi 5 novembre 2016

Les Questions les plus souvent posées en Savonnerie


Ah, la saponification à froid, c'est chouette.
Mais heuuu, ça fait beaucoup s'interroger.
Je vais donc tenter un tour rapide des questions les plus posées (et de leurs réponses évidemment)

Pour commencer, je vous suggère cependant une petite lecture de mes articles sur la saponification à froid.


1) Quoi lire pour apprendre ?
Vous pouvez commencer avec le dossier Az. Vous pouvez lire mes articles qui contiennent eux-mêmes des liens. Lire le livre " Je crée mes savons au naturel" de Sylvain et Leanne Chevallier.


2) Une recette pour débuter ?
Partez sur un 100% d'une huile, ou un savon simple, avec un sugraissage par réduction, sans ajout pour vous familiariser avec le procédé.
Par exemple :
=>100% Olive ( même si le côté gluant peut être déconcertant ainsi que la trace assez longue).
=> Coco/Olive/Karité
3) Je veux faire un savon sans soude.
Un savon, nécessite une base forte. C'est un point inaliénable.
Si vous ne souhaitez pas utiliser de soude (ou de potasse) dirigez vous vers les Melt And Pour, mais sachez qu'à un moment ou à un autre, ils ont "contenu" de la soude.
4) La soude, c'est dangereux.
Oui, la soude est un élément chimique qu'il ne faut pas prendre à la légère, et qui peut entrainer de graves brûlures.
Mais en respectant les règles de sécurité, la manipulation se fait de manière tout à fait simple.
5) Potasse, Soude ? 
La potasse est une base forte permettant de réaliser des savons liquides, contrairement à la soude qui permet la réalisation de savon solide.
Elle est de type KOH.
6) Comment je choisis ma soude ?
=> En perle
=> En lessive de soude ( à environ 30%)
Je vérifie qu'elle soit pure, sans additif.
En lessive, son pourcentage de dilution.
Il doit être noté " Hydroxyde de Sodium". Formule chimique : NAOH.
Ne pas confondre avec les cristaux de soude, le bicarbonate de soude et tous les autres machins avec soude.
7) Ou je l'achète ?
Majoritairement en magasin de bricolage. Vous avez par exemple la marque "Onyx".
8) Ou acheter mes matières premières ?
En ligne : chez moi ;) Le Jardin de Lilith ; chez Az, Manske..
Pour débuter, je vous conseille une partie en supermarché : des huiles moins chères type tournesol, olive, pépins de raisins, colza à minima en première pression à froid.
Sachez aussi que la végétaline est réalisée avec de la coco ou coprah, vérifiez juste qu'elle ne soit pas mélangée avec autre chose.

9) Les moules maison ? Chemisage.
Vous pouvez utiliser des moules en silicone (type alimentaire), en bois, en plexiglas..
Attention cependant : certains réalisent leur moule en plexiglas, de type " Saponine".
Le choix du plexi est important, car le savon va chauffer fortement. Tous les plexiglas ne sont pas adaptés.
Vous pouvez utiliser des produits de récupération type boites "pringl**" ou boite de lait.
Cependant, pas de boites métalliques.
Vous pouvez fabriquer des accessoires en carton qu'il vous faudra chemiser.
Si vous utilisez des moules en bois il est indispensable de les chemiser. Utilisez du papier sulfurisé.
Recouvrez votre moule de papier sulfurisé (comme pour un gâteau).
Pensez aussi qu'il vous faudra démouler votre savon..

Moule chemisé, merci à "Les paniers de Maryse"

10) Quelle température pour mes huiles et beurres ?
Travaillez majoritairement entre 35 et 55°
11) Quelle température pour ma soude ?
La soude doit être à une température proche de celle des huiles.
Mais si vous utilisez de la lessive de soude, ne la
chauffez pas.
12) Quels calculateurs ?
Très simple, celui d'Az mais très basique.
SoapCalc 
mendrulandia
Hexabulle
The Sage
13) Les colorants végétaux ?
La plupart des colorants végétaux ont tendance à virer avec la SAF ou à éclaircir : par exemple, les rouges, violets, bleus... Tenez-en compte lors de la fabrication. Vous obtiendrez des couleurs
"naturelles".
Vous pouvez aussi tout simplement utiliser vos huiles de base pour colorer, comme avec l'avocat ou le chanvre pour du vert par exemple.
14) Les colorants minéraux ?
=> Les oxydes ne sont pas particulièrement efficaces si vous souhaitez des couleurs vives, bien que ça dépende de la couleur, du minéral, de la qualité de celui-ci. Comme pour les colorants végétaux, vous obtiendrez des couleurs "naturelles", de très beaux orangers par exemples.
=> Les micas sont à conseiller si vous souhaitez des couleurs vives, franches ( et même si vous souhaitez des couleurs claires, il faut jouer sur le dosage)
(Idéal : les micas de la Folie des Senteurs)

Exemple avec de l'argile violette, merci Valérie B.d.M

15) Les colorants liquides ?
Oui, mais attention à la composition.
(Allez voir du côté, encore de la Folie des Senteurs)
16) Les colorants alimentaires
Les colorants alimentaires ne tiennent pas en SAF.
17) Les arômes 
Les arômes ne tiennent pas en SAF
18) Les HE ou les fragrances ?
Pour ma part, les fragrances sans hésiter (c'est personnel):
=> Les HE tiennent majoritairement moins bien en SAF, par exemple, les fragrances type agrumes.
=> Les avis sont partagés quant à un effet post saponification, mais le cas échéant, il est dommage d'utiliser un produit potentiellement " thérapeutique" pour parfumer ( sauf si c'est le but) - ce n'est là qu'un avis personnel.
19) Les fragrances
Toutes les fragrances ne se valent pas : certaines ne tiendront pas (souvent le cas des fragrances dites naturelles) d'autres feront accélérer la trace, voir figer ; elles peuvent aussi colorer la pâte, si elles contiennent de la vanilline.
Encore, le site de la Folie des Senteurs est à conseiller, on y trouve toutes les infos nécessaires dans la FT de chaque fragrance.
Micas dilués dans l'huile de surgraissage.
20) Intégrer mes micas
Vous pouvez les intégrer directement dans votre pâte, ou les diluer, par exemple avec votre huile de surgraissage.
21) Intégrer mon dioxyde
=> dilution dans la soude et utilisation de passoire (contre les grumeaux)
=> dilution dans une petite partie de votre huile avec mixeur jusqu'à obtenir une sorte d'empatage assez liquide.                                      
22) Avoir une pâte blanche
=> Utiliser du dioxyde.
=> Utiliser de huiles et beurres clairs type : Babassu, Coco, Arachides, Noix, Ricin, Macadamia, Palme si vous le souhaitez.. Ou des huiles raffinées.
=> Attention à vos ajouts.
=> Eviter : l'huile d'olive notamment, avocat, et toute huile foncée.

Savon blanc en 100% coco, merci à Sophie M.
Coco, Olive raffinée, tournesol, ricin, merci à Cilou G.

23) Intégrer des ajouts liquides
Vous pouvez intégrer des ajouts liquide à la trace mais surtout en remplaçant votre liquide de dilution : selon ce liquide, congelez le avant, pour le protéger d'une surchauffe.
Si vous l'ajoutez à la trace, il vous faut soustraire le % de liquide de dilution à 40% ( on conseille généralement de ne pas utiliser plus de 40% de liquide pour ne pas avoir un savon trop mou) ce qui donne l'ajout que vous pouvez réaliser.
Par exemple : dilution dans 30% d'eau => 40-30% vous pouvez mettre encore 10% d'ajouts maxi.
(On parle toujours du poids des huiles)
24) Intégrer des ajouts liquides avec la lessive de soude.
Le principe est le même sauf qu'il s'agit forcément d'ajout.
Dans le cas d'une lessive de soude dilué à 30,5% par exemple.
Il vous faut connaitre le % d'eau utilisé.
Il est en général donné par vos calculateurs.
Si ce n'est pas le cas, il vous suffit de faire le calcul suivant :
Quantité de soude = Quantité de lessive de soude(donnée par le calculateur) * 30,5%
Quantité d'eau = Quantité de lessive - quantité de soude.
Une fois que vous avez la quantité d'eau, il suffit de la déduire à votre quantité d'eau maximum pour obtenir votre quantité d'ajout de liquide possible.
25) Je veux faire cette recette, je n'ai pas cette huile je peux changer ? 
Non, pas comme ça. Chaque huile a son propre indice de saponification. Si vous changez une huile il vous faut recalculer votre quantité de soude.
26) Pourquoi couvrir mon savon ?
Pour garder la chaleur, ce qui accélère le processus.
De plus le savon est ainsi protégé.
=> Couvrez avec du cellophane. Vous pouvez aussi " emballer" votre savon avec des torchons par exemple. A éviter si vous utilisez des produits type laits, miels car cela va entrainer une surchauffe et un risque de volcan.
27) C'est quoi un volcan ?
Votre savon a subi une surchauffe, rien de grave.
Pour avoir un exemple de surchauffe : la video sur le blog " des petits savons"

     Volcan, merci à Sophie M.     
    Volcan, merci à LN W. 
Volcan, merci à Emmanuel P


28) C'est quoi la phase de gel ? 
Votre savon monte fortement en température et deviens en partie ou en totalité translucide.
Cette phase est signe de saponification mais n'est pas indispensable.

Phase de gel, merci à Cécile P.
Phase de gel, merci à Natacha K.

29) Comment je lave mon matériel ?
Avec de l'eau.. Non plus sérieusement, je vous conseille d'agir de la manière suivante :
=> Enlevez tous le surplus (idéalement, dans le moule, sinon avec de l'essuie tout mais c'est moins écolo)
=> Laissez de côté 24/48h
=> Lavez à l'eau chaude + liquide vaisselle.
30) Le vinaigre ça marche ? / je me suis brulé, je mets quoi ?
Le vinaigre va "neutraliser" la soude, même si les infos divergent sur l'efficacité. Dans tous les cas :
vous vous êtes brulé, c'est nettoyé, passez sous l'eau, puis traitez comme une blessure normale.
31) La cure, pourquoi comment ?
La réaction de saponification se fait majoritairement dans les premières 24/48h.
Le reste de la cure va permettre au pH de se "fixer" et surtout au savon de sécher.
32) Le pH pourquoi ?
Un savon a un pH basique : il ne peut avoir un pH neutre.
Vérifier le pH va permettre de voir si le savon n'est pas caustique, si la soude a bien disparu en totalité.
En général, vous tournerez autour de 9.
33) Pourquoi mon savon est marron alors que j'ai mis un colorant violet/rouge.. ?
Plusieurs raisons possibles :
=>Votre mélange d'huile mélangé à votre colorant fait "virer" la couleur
=> Vous avez utilisé un produit contenant de la vanilline.
=> Vous avez utilisé des colorants ne tenant pas en saf.
34) J'ai des tâches dans mon savon
=>Si elles sont jaunes, il est possible que votre savon ait un problème de rancissement.
=>Si elles sont blanches, cela peut être des poches de soude, dans ce cas, votre savon sera caustique.
=>Cela peut être aussi des insaponifiés.
=>Vous pouvez aussi avoir des rivières de glycérine

Savon avec rivière de glycérine, savon Pop.

Rivière de glycérine, merci à Céline K

Insaponifiés merci à Ja Fa

Savon avec des tâches blanches : soude mal mélangée. Merci à Virginie G.K.
Grosse poche de soude, merci à Fulvia A.O


35) La cendre de soude
Il s'agit d'une réaction de votre savon (résidus de soude) au contact de l'air. Cela arrive souvent lors d'un démoulage/découpage trop rapide.
Rien de grave, juste inesthétique. Vous pouvez l'évitez en "sprayant" un peu d'alcool sur votre pâte après coulage.
Dans tous les cas cette couche de cendres partira dès la première utilisation.

Cendre de Soude, merci à Emilie G.

36) J'ai des trous dans mon savon
Il y a pu avoir des poches d'air, ou être mal tassé suite à une trace trop épaisse. C'est juste inesthétique.
Merci à Bouclette BN.
Merci à Mary C.


37) J'ai de l'huile qui suinte/mon savon sue
=> Déphasage partiel ou mauvais mélange.
=> S'il a trop chaud, votre savon peut suer (et oui..)
=> Votre surgraissage a pu être trop important.

 
Savon qui suinte, merci "Le Chat qui mousse"      
          Savon qui "sue" merci à LN W

Poche d'huile dans un savon merci à Cé Line
38) Mon savon déphase
Un savon qui déphase a en général eu un souci de mélange, et une trace trop fine.
Il peut s'agit aussi d'un souci de température.
Ce savon sera inutilisable.

Savon qui déphase, merci à Virginie MC.
Savon qui déphase, merci à Virginie T.D

39) Je n'ai pas eu de trace pourquoi ? 
En général, la trace arrive relativement vite.
Si elle n'arrive pas au bout de quelques minutes, vous avez probablement un souci :
=> un problème avec votre quantité de soude
=> un problème avec votre soude : est-ce vraiment de la soude ?

40) Mon savon est caustique, je fais quoi ?
Ne l'utilisez pas.
A voir si vous pouvez le râper et l'utiliser pour le ménage.
On reconnait un savon caustique essentiellement par son pH.
Il "pique" si l'on fait le test sur la langue. Il a souvent un aspect et une odeur particulière.
Les raisons peuvent être :
=> un souci de recette
=> un déphasage
=> un mauvais mélange.


Point rapide vocabulaire : 

SAF = Saponification à froid
SAFOUR = Savon que l'on va mettre au four à basse température pendant plusieurs heures. Technique qui permet de diminuer le temps de cure. On l'appelle aussi " ITMHP" soit "In the Mold Hot Process".
SJHP = Sharon Jonhson Hot Process, technique particulière : l'idée est de garder le mélange chaud (autour de 90°) jusqu'à la phase de gel, tout en mixant. Surgraisser/mettre les ajouts/Marbrer/mettre en moule à ce moment là.


Voilà pour ce petit tour pas si rapide !
Si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas ! 
A bientôt :)
Charlie.