mardi 28 février 2017

Je "monte" ma savonnerie.




Avant toute chose, il y a un pré-requis à la création d'une savonnerie : SAVOIR SAVONNER
Si si.
Et pas juste une fois ou deux.

J'ai parfois des gens qui viennent me voir, en me disant qu'ils ont réalisé un savon la semaine précédente, et qu'ils veulent savoir comment faire pour les vendre.
Alors, là, c'est double non :
Ne vous  faites pas d'illusion, la savonnerie, ce n'est pas "le bon plan", le truc qui va vous faire gagner vite, beaucoup, sans trop vous fouler.
Rien que les démarches, c'est un taf de malade. Et ça coûte de l'argent !
Ensuite, vous n'avez pas l'expérience. Avoir fait un savon une fois, ce n'est pas savoir savonner.
Il faut comprendre le fonctionnement de la réaction, connaitre les huiles, gérer la trace.. et j'en passe.
Bref.
Pré-requis n°1 : L'expérience.

Autre point important : les démarches administratives longues, parfois coûteuses, ennuyeuses, parfois rageantes, ne doivent pas être quelque chose que vous ne supportez pas.
Pré-requis n°2 : La patience

Vous devez avoir un argumentaire. Pourquoi ? Qu'est-ce que vous avez de plus que les autres ? Ou est l'originalité de votre concept ? Qui sera votre clientèle ? Il vous faut CONVAINCRE : la banque, les organismes de financement, d'aide à la création d'entreprise, voir Pôle Emploi.
Pré-requis n°3 : La connaissance de votre sujet.

A minima des bases en : informatique, règlementation, normes, commerce, administratif, comptabilité, archivage, et j'en passe.
Oui, personne ne le fera pour vous. A moins d'embaucher, et franchement, pour une ouverture, j'en doute.. Vous devrez tout gérer.
Pré-requis n°4 : être débrouillard.

Il vous faut un réseau. Des gens qui vont parler autour de vous. Il faudra contacter les journaux locaux.
Bref, faire de la pub.
Pré-requis n°5 : Être "un animal socia(b)l(e)"



Si déjà vous répondez oui à ces pré-requis, vous pouvez commencer à réfléchir.

Là posez vous ces questions : êtes-vous prêt à passer des heures et des heures sur votre projet, et ensuite sur votre savonnerie? A potentiellement mettre votre vie entre parenthèse, travailler du lundi au dimanche ? Êtes vous capable, physiquement et mentalement de tenir le coup ?



ETAPE 1 : Je veux faire quoi ? Quel concept ?

Une fois cela défini, vous pouvez penser à votre marque.

ETAPE simultanée : Vos recettes.
Elles vont pas venir comme ça. Testez les. A minima un an de recul sur celles-ci, évolution, utilisation serait une bonne chose.

ETAPE 2 : Comment monte t'on une entreprise ? Regardez autour de vous si des organismes ne peuvent pas vous aider selon votre situation.
Ils vous permettront de gérer tout le "montage" sans trop de stress. Ne tardez pas, pour ma part, j'y suis allée avec un business plan fini, c'était plus très utile.


Une fois avancé dans votre entreprise, mais pas trop, réalisez votre stage obligatoire à la CMA.
Vu le contenu, très " basique " ne trainez pas non plus ; allez-y quand vous savez ce que vous voulez faire, pas quand le projet est monté. (Je réitère, pas comme moi qui l'ai fait à la dernière minute)
Déposez votre marque. Vraiment. Sachez pour la parution définitive, cela prend quelques mois.


Gardez votre marque secrète jusque là.

Renseignez vous sur la règlementation cosmétique. Quand je dis renseignez-vous c'est sur une application et sur les "détails". Pas sur la base, la base, vous devez déjà la connaitre.
Contactez des toxicologues. Faites-vous aider pour vos BPF. Idéalement, visitez une savonnerie. Contactez des fournisseurs.
Pensez à votre graphisme. Votre Pub. Vos emballages. A tout vos achats.
(Personnellement, j'ai même du mettre le papier WC sur mon BP.)

Trouvez votre local : Ou ? Comment ? Combien ?
Les assurances : Ou ? Laquelle ? Combien ?

ETAPE 3 : Votre business plan est fait. Contactez les banques. Sachez qu'en moyenne une savonnerie de petite taille part sur un budget de départ entre 10 000 et 30 000e.
Notez que vous pouvez faire la demande de crédit sans siret, mais que vous ne pourrez pas avoir votre argent sans celui-ci.
Donc calculez votre coup. Demandez votre siret.
Prévoyez un délai d'au moins un mois pour l'obtenir. Cela varie selon les CMA, ça peut être plus court ou plus long. N'hésitez pas à les relancer. Des fois, ils accélèrent un peu le mouvement.

ETAPE 4 : Votre installation.
Vous avez votre argent. Vos recettes sont validées ou en cours de validation. Vous êtes en règle niveau loi cosmétique, vous êtes déclaré à l'ANSM en tant que laboratoire cosmétique, et vous avez votre Siret. Vous êtes assuré.
Dépensez votre argent. (les premières dépenses font un peu mal)
Théoriquement, si vous avez bien fait votre travail, vous devez avoir un plan de votre labo.
Installez le. Nettoyez-le (j'insiste !)
Passez vos commandes.
Réceptionnez.
Prévoyez deux mois au moins entre le moment de production et l'ouverture.
N'annoncez pas votre ouverture si vous ne pouvez pas assurer derrière.
Prenez votre temps, vous n'êtes plus à quelques mois près.
N'oubliez pas de mettre vos recettes sur le portail du CPNP avant ouverture.

Un conseil : prenez quelques jours de repos avant d'ouvrir. Ça ne vous fera pas de mal !



J'ai mis un ordre d'étape, mais vous verrez que fondamentalement, tout est plus ou moins simultané, ça se chevauche, en tout cas dans les premières démarches.

Contacts utiles :

Formations Pro

Dr Humana :
http://www.drhumana.fr/formations-stages/en-direct/formation-reglementation-cosmetique-et-bonnes-pratiques-de-fabrication
http://www.drhumana.fr/formations-stages/en-direct/reglementation-cosmetique-et-bpf-atelier-decriture

UESS : Certification professionnelle de Savonnier : https://www.uess.fr/formations

Ces formations peuvent être financées (Pôle Emploi, Fongecif)

BPF :

Brigitte Delamare : http://www.redactionbpf.com/

DIP (dossiers d'information produits) :

CosmeticSafetyAssessment : info@saponemopera.com
Laurent Bousquet : l.bousquet@adepro-consultant.fr
ERTC : http://www.certification-cosmetique.com/

Informations :

ANSM : http://ansm.sante.fr/
CMA : http://www.artisanat.fr/
Service Public : https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/
CPNP tutorial : https://webgate.ec.europa.eu/cpnp/public/tutorial.cfm
INPI : https://www.inpi.fr/fr/comprendre-la-propriete-intellectuelle/la-marque
Ebook : le règlement cosmétique (payant) : http://www.observatoiredescosmetiques.com/eshop/e-books/53-e-book-le-reglement-cosmetiques.html
Règlement Cosmétique : http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2009:342:0059:0209:fr:PDF
Normes BPF : http://www.iso.org/iso/fr/iso_catalogue/catalogue_tc/catalogue_detail.htm?csnumber=36437 (Il vous faudra la dernière version, mais pour commencer à vous renseigner, vous pouvez trouver une version plus ancienne en téléchargement libre)

A lire : 

Parcours du combattant 1 : http://lescosmetiquesdelilith.blogspot.fr/2016/02/sinstaller-en-cosmetique-un-parcours-du.html
Parcours du combattant 2 : http://lescosmetiquesdelilith.blogspot.fr/2016/08/sinstaller-en-cosmetique-un-parcours-du.html
Règlementation : http://lescosmetiquesdelilith.blogspot.fr/2015/09/la-reglementation-relative-aux-produits.html
Considération sur le règlement : http://lescosmetiquesdelilith.blogspot.fr/2016/07/considerations-sur-le-reglement.html



Bon courage ! 
Charlie 

16 commentaires:

  1. J'ai compris les démarches sans oublier le local aux normes, mais ce que je ne comprends pas c'est toutes ces abréviations ; BPF CMA BP c'est du chinois pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. CMA : c'est la Chambre des Métiers et de l'Artisanat.
      BPF : Bonnes pratiques de fabrication c'est la norme ISO 22716:2007
      Mais fondamentalement, une fois dans le truc ce sont des sigles qui ne peuvent pas nous échapper ;)

      Supprimer
    2. tes infos sont très utiles, mais, peut on le faire chez soi ou bien on doit le faire obligatoirement dans un lieux conçu pour ça. j'ai vu un reportage récemment et j'ai eu l'impression que cela se passer dans sa cuisine. Je bosse en restauration collective et je sais que les normes sont drastiques et je pense que pour une savonnerie c'est le cas aussi.

      Supprimer
    3. Non, on ne peut pas le faire chez soi, dans sa cuisine. Il faut obligatoirement un lieu dédiée, réservé à l'activité.

      Supprimer
  2. Personnellement je savonne pour mon seul plaisir (bon pas que hein, ma famille doit écouler le résultat de mon addiction sous la douche !) et je n'ai jamais envisagé d'en faire mon métier également, mais à force de lire pleins de trucs, je connais certaines grandes lignes de ce parcours du combattant :)
    Ton article va aider ceux qui veulent se lancer. Et moi ça m'a fait encore plus prendre conscience de tout ce que tu as dû faire pour nous proposer de si beaux savons et autres matières premières.
    Merci pour ce partage.
    Bisous.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    Merci beaucoup pour cet article, étant en plein dedans cet article me parle:)).
    C'est vrai que c'est tellement compliqué mais à la fois si motivant de se lancer dans cette aventure... Je pense que peu y arrive alors bravo à toi Lilith;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si cet article peut t'aider, alors il aura fait un peu de son travail ! Bon courage pour tes démarches !
      Et merci :)

      Supprimer
  4. brin de mélisse3 mars 2017 à 09:22

    Oui Lilith, de voir des personnes comme toi, motivée, qui réussissent et dans le partage nous booste lol.
    Merci encore.

    RépondreSupprimer
  5. Merci Charlie pour cet article, merci aussi de m’avoir citée pour les BPF (Bonnes Pratiques de Fabrications). Je trouve super ton parcours et maintenant la formation par correspondance, bravo!
    Je renverrai les personnes qui me contactent vers ton blog :)
    Brigitte Delamare

    RépondreSupprimer
  6. Bravo pour cet article qui reflète bien la réalité de la création d'une savonnerie ! Je renverrais vers ce blog les personnes qui me demandent des renseignements à ce sujet , merci !

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour et merci pour tous ces articles instructifs !
    Pour ma part, je fais seulement des savons melt and pour. Est ce que les démarches sont les mêmes ?
    Merci beaucoup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, oui, c'est un cosmétique, donc les démarches sont identiques !

      Supprimer