mercredi 12 juillet 2017

On en parle ? Les Parcs Marins.



Plus jeune, je voulais devenir "cétologue"... C'est à dire que je voulais étudier les cétacés.
J'étais fascinée par ces mammifères marins, par leur intelligence, leur comportement social..
Ce qui explique peut-être ma très forte sensibilité aujourd'hui à la "cause" et aux actions anti-parcs marins.

Ségolène Royal, juste avant de quitter son poste de ministre de l'écologie a ajouté, sur l'arrêté du 6 mai 2017 concernant les parcs marins et sensé améliorer les conditions de vie des dauphins et des orques, une interdiction de reproduction et d'importation des cétacés captifs.
Ces deux interdictions signent, à terme, la disparition des delphinariums en France, ce qui fut vécu comme une victoire pour toutes les associations de protection animale.

Pas pour les parcs marins, dont le Marineland, évidemment, d'autant plus que cette loi leur donne entre 6 mois et 3 ans pour se mettre à jour des nouvelles normes améliorant les conditions de vie des dauphins.

Evidemment, les parcs marins français ont décidé de lancer un recours.

Le sujet est donc plus que d'actualité, et j'avais envie de revenir dessus.



* La capture des cétacés.

Le cas Taiji commence à faire parler de lui, tout doucement.
Chaque année à la même période, les dauphins sont rabattus sur la côte, et emprisonnés dans des filets.
Commence un supplice de plusieurs jours.
Les plus "beaux" et les plus jeunes sont sélectionnés pour rejoindre les parcs marins.
Les autres seront massacrés, sans pitié, majoritairement pour une viande qui, pleine de mercure, ne sera majoritairement pas consommée.. mais intégrée dans la nourriture pour animaux... ou utilisée pour faire de l'engrais.
On estime que 22 000 dauphins y seraient massacrés chaque année.

Les orques sont attrapées et trainées sur des kilomètres, dans des enclos flottants.. Leur famille suivra jusqu'à l'épuisement.

Alors, certes, la France a interdit l'achat de dauphins ou d'orques capturées. Mais, ce n'est pas le cas d'autres pays, sans parler qu'à force de divers transferts...



* Les conditions de vie et la santé

Imaginez vivre dans une pièce de la taille de vos WC, où vous pouvez à peine tourner en rond, avec des miroirs partout, et énormément de bruit.
Restez-y enfermés pendant des années.
Les bassins sont petits, trop petits.
L'eau, qu'elle soit salée ou non, est blindée de chlore qui leur abîme la peau, les yeux, les poumons.
Leur système d'écholocation joue contre eux : leurs vocalises se répercutent contre les parois, et leur reviennent en "pleine face". L'effet miroir des vitres leur est insupportable.
La musique, les cris et les applaudissements des spectateurs sont portés par l'eau, et sont assourdissants.

A force de "machonner" les portes en acier qui les séparent, elles s'abîment les dents.
La pulpe est mise à nu. Les dents sont forées, vidées, et doivent être nettoyées chaque jour. 


Ils sont gavés d'antibiotiques, ajoutés à leur nourriture, et pourtant, leur santé est plus que défaillante.
Problèmes pulmonaires, rénaux, stress, dépression, pertes de poids, blessures dues à des comportements sociaux violents, ou a de l'automutilation, comportements stéréotypés..
Leur espérance de vie est réduite de moitié.
Du coup, à leur cocktail d'antiobiotiques, on ajoute diverses "drogues", calmants, antidépresseurs...

Blessures à vif pour Kastaka, Seaworld de San Diego.
@Boycott Seaworld


Kandu saigne à mort après une altercation avec Corky.
Elle s’'est rompue une artère majeure au SeaWorld de San Diego le 21 août 1989,
 en heurtant de toutes ses forces la paroi du bassin.



Il faut aussi penser que l'on met des étrangers les uns avec les autres. L'équilibre est difficile à atteindre. Ils sont différents et pourtant obligés de survivre ensemble. Ils ne parlent pas la même langue, n'ont pas de lien les uns avec les autres.
Chaque arrivée déséquilibre le groupe.
Cela entraine des comportements agressifs, de la domination, et parfois des décès.




Le cas de Galeo.

Le SeaShepherd a réalisé ce qui a été appelé le "Tilikum Tank". 
Une pièce simulant ce que subissent les dauphins et les orques, une pièce où la chaleur est étouffante, tapissée de miroirs, du sol au plafond. 
Une pièce permettant aux humains de toucher du doigt la réalité de la captivité. 
Retrouvez l'article du SeaShepherd 

* Heureux de se donner en spectacle ? 

"L'apprentissage" des dauphins et des orques se fait par un système récompense/punition.
Le dauphin fait ce qu'on lui demande, il est récompensé par de la nourriture.
Il refuse, il en sera privé.
On utilise la faim et l'isolement contre lui.
Pire, ils sont souvent mis par deux, et si l'un refuse, les deux seront punis, ce qui va engendrer des violences.
Le dauphin est particulièrement intelligent. De nombreuses études ont été réalisées sur leur façon d'être, d'interagir, et sur leur conscience d'eux-mêmes.
Cette vie de captivité et de spectacles ne peut que le rendre malheureux et dépressif.

On ne compte plus les comportements "anormaux", et les "coups de folie".





* La reproduction 

Une des justifications actuelles du Marineland pour s'opposer à l'arrêté du 6.05.17 est qu'il est honteux de vouloir empêcher ces animaux de se reproduire.
Sauf que.
La majorité des naissances en captivité sont dues à une insemination artificielle. Je vous dresse le tableau : les dauphins et les orques sont masturbés manuellement, le sperme est récolté et une femelle est inséminée. (Ou aussi au Marineland, malgré leurs propos)




Outre le côté malsain de l'affaire, quid de l'impact psychologique de la femelle, qui se retrouve à attendre un bébé sans aucun rapport ?
Dans d'autres cas, il y a des naissances issus de rapport incestueux, provoqués majoritairement, car l'inceste n'existe pas dans la nature.

Résultat, une importante mortalité infantile, l’orque Freya à Antibes a eu au moins 4 mort-nés - et ne parlons pas des cas d'infanticides.
Tout ça pour arracher ces enfants à leur maman, pour les transférer vers d'autres parcs...
Femke, au parc Astérix se laisse mourir depuis qu'on lui a enlevé son fils Ekinox. 



Le cas de Femke. 


Et évidemment, des programmes de reproduction hallucinants : dans la nature, l'orque donne naissance tous les 5 ans environ. Or, Wikie, dont on parle plus bas, avait déjà eu deux enfants en l'espace de 32 mois ! 

« C’est avec effroi que nous apprenons que Wikie, mère de Moana ( IA avec Ulises ) et Keijo (inceste avec son défunt demi-frère Valentin ), donnera naissance, au courant de l’hiver 2016, à un nouveau bébé suite à une insémination réalisée au cours de l’été 2015 avec la semence de Tilikum ! 
#Marineland, lançant à tout va qu’il n’a rien à voir avec #SeaWorld, nous prouve une fois de plus qu’il ment honteusement ! De plus cette insémination est arrivée juste après la mort de Freya ! 
Il fallait évidemment se douter que Wikie, seule femelle viable pour la reproduction à Marineland, servirait de « vache à lait » pour maintenir à flot leur groupe d’orques et ainsi assurer l’avenir et la pérennité du parc. Aux yeux de SeaWorld, Wikie est une femelle dans laquelle il faut investir, elle fait partie de la première génération née captive, est très féconde et surtout bonne mère. Elle est donc très prisée ! 
Il est aussi tragique de constater que #Tilikum, qui est tout de même à l’origine du film Blackfish, soit encore utilisé comme donneur de sperme et ce malgré le fait qu’il soit dépressif et accessoirement, devenu dangereux par ses longues années de captivité …. 
Avec les intempéries survenues le 3 octobre dernier, Wikie, déjà enceinte de 3 mois environ était, aux dernières nouvelles, isolée dans un bassin à l’écart de ses enfants et de son frère. C’est donc certainement pour cette raison qu’elle est mal en point et/ou tout simplement en surveillance accrue pour éviter la fausse couche, à moins que cela ne se soit déjà produit …. 
Si cette information est vraie, nous serons fixés dans quelques temps …
Cette information nous vient d’un ancien employé ayant travaillé à Marineland, Loro Parque et au SeaWorld de San Diego ».

Back to the sea Agir contre les delphinarium 

* Le cas de la France

La France est particulièrement en retard sur le sujet, mais c'est très souvent le cas lorsqu'il s'agit de protection animale ou d'écologie.
En 2013, l'Inde reconnait le statut de "personnes non humaines" aux dauphins.
Barcelone indique la fermeture et la remise en liberté des dauphins détenus son delphinarium du parc de la Ciutadella d'ici à 2019. 
Douze pays de l’UE n’ont pas ou plus de delphinarium, comme Chypre, la Hongrie ou le Royaume-Uni.

En France, les dauphins sont encore détenus au parc Astérix (Oise), à Planète Sauvage (Loire-Atlantique), au Moorea Dolphin Center (Polynésie française) et au Marineland Antibes (Alpes-Maritimes), seul parc à détenir aussi des orques. 
Pire, le Zoo d'Amnéville (Grand Est) était en reflexion pour ajouter des dauphins à sa "collection", tout comme le Zoo de Beauval, même si ce dernier a abandonné ce projet. 
Aucun de ces parcs ne souhaite évoluer vers une libération ou une fin de la détention de dauphin ou orques. 
Au contraire, ils se battent bec et ongles pour les conserver en captivité. 


Un des arguments utilisés est que "montrer" enseigne le respect. 
Mais le respect, ce n 'est pas cela. Ce n'est pas enfermer un animal, le faire se donner en spectacle. 
La réponse donnée dans la Tribune signée par le SeaShepherd, One Voice, Réseau Cétacés et Dolphin connection est plus qu'appropriée : 

"Mais il n’ y a pas de respect dans la contrainte et dans la privation de liberté. Le message transmis par les delphinariums est qu’il est acceptable d’enfermer dans des bassins minuscules des animaux physiologiquement taillés pour parcourir le vaste océan. Des travaux récents démontrent une évidence déjà induite par le bon sens, à savoir que les spectacles d’animaux captifs amènent les enfants à chosifier ces derniers et ne leur permet pas de développer un rapport respectueux et empathique au monde vivant.
Dans cette relation du dresseur à l’animal, même parée des meilleurs sentiments, il n’ y a pas de respect. L’animal reste soumis à la domination humaine."



Films - anglais - sur le Marineland


* Quelles solutions ? 

Un des arguments avancés pour ne pas fermer les delphinariums est le cas des animaux nés en captivité que l'on ne peut pas libérer, ou que même ceux présents depuis longtemps ne se réadapteraient pas à la liberté.
Parlons donc des projets de sanctuaires et de réhabilitation comme par exemple le "Whale Sanctuary Project". 
L'idée est de créer un sanctuaire pour les cétacés ne pouvant être relâchés. Un sanctuaire côtiers, avec un habitat le plus proche possible de leur environnement naturel.
Cette association, créée en 2016, a reçu un don de 200.000 dollars de la part de Munchkin, Inc.
Elle réunit une équipe d’experts en science et comportement des mammifères marins, en médecine vétérinaire, en élevage, en ingéniérie, en droit et en politique. 


Ci dessous une représentation d'un projet de réhabilitation pour les orques, par I.Visser. 




Des réussites : 
Chun Sam, capturée vers 2009/2010, a été remise en liberté en 2013, après des semaines de réhabilitation en mer, avec deux autres dauphins capturés en même temps qu'elle, Jedol et Sampal. 
ChunSam et Sampal, se sont non seulement réadaptées à la vie en liberté, mais ont toute deux donné naissance en 2016. 

Alors pourquoi ne fait-on rien ? 
Tout simplement parce que ces projets coûtent de l'argent... quand la captivité en rapporte. 

* Les dauphins et orques dans la nature

Les cétacés libres peuvent parcourir plus de 100km par jour.
Ils vivent en "pod" de grandes familles avec des liens sociaux très importants.
Ils font preuve d'une grande conscience d'eux-même et de l'autre :
Capturez une partie du pod, le pod en totalité restera à proximité.
Capturez une mère, elle ne quittera pas son petit, quitte à se laisser mourir.
Nous avons même des exemples de cétacés handicapés, pris en charge par le pod, trouvant leur place au sein du groupe.
Lors de son accouchement, la mère est soutenue par plusieurs femelles, notamment pour l'aider à reprendre sa respiration.
Le dauphin nage, plonge, saute, joue, chasse. Il vit en groupe, toujours.

@H.Surmont

Blackfish a mis en avant les attaques d'orques dans les parcs marins. On parle moins de l'agressivité des dauphins envers leurs dresseurs, mais elle existe.
Pourtant, dans la nature, on ne recense aucune attaque envers l'humain.
Combien de dauphins ont même sauvé des nageurs de la noyade ou d'attaques de requins ?




*Les décès prématurés  en France (Liste C'est Assez)

Au Marineland : 
Les Dauphins : 
Alizé, né  Marineland d’Antibes en 1992, est mort 13 mai 2016 à l’âge de 24 ans.
Eclair, né en captivité en 1990 au Marineland d’Antibes, mort en février 2015. Il était âgé de 25 ans. 
Mila-Tami, jeune femelle née en 2007, morte en janvier 2015 d’une occlusion gastrique. Elle était agée de 8 ans.
Ecume, née en 1981 et capturée en1985 est morte en 2013 à 32 ans.
Joséphine, capturée aux Etats-Unis en 1979 pour le parc marin d'Antibes est morte le 23 août 2011. elle était agée de 38 ans. 
Kaly, née au Marineland en 2003, elle est morte le 7 juin 2011, à l'âge de 8 ans.
Le petit de Sharky, mort-né au Marineland le 30 mars 2010.
Fenix, né en captivité le 23 décembre 2001, transféré au Marineland en 2005, mort en 2009 à l’âge de 8 ans.
Manon, née au Marineland en 1993, morte en août 2006 à l’âge de 13 ans. 
Aurore, capturée dans le Golfe du Mexique vers 1985, arrivée à Antibes le 27 septembre 1985, morte en septembre 2005, elle n'avait pas 30 ans.
Tex, né libre en 1974, capturé au Texas entre 1978 et 1980, mort en septembre 2005, il avait à peine 32 ans.
Ona, née en 1999 au Marineland Catalunya en Espagne, morte à Antibes en 2004. Agée d’environ 5 ans lorsqu'elle est morte.
Cornélius, né au Marineland en 1993, mort pendant un spectacle début 1996, âgé d’environ 3 ans.
Oum/Kim, arrivé à Antibes le 4 avril 1973, lieu de capture inconnu, mort en 1993. Il avait une trentaine d'années.
Nemo, capturé en 1988 au large du Guatemala, mort le 27 août 1992, âgé d’environ 17 ans.
Limo ou Léo, capturé en 1988 au large du Guatemala, mort le 27 janvier 1992. Agé d’environ 17 ans.
Roissy, femelle, née vers 1974, capturée au large de Rockport (Texas) en 1979, morte en 1991. Age estimé: 17 ans.
Coraline, femelle, née vers 1981, arrivée à Antibes le 27 septembre 1985, morte le 14 mars 1991. Agée d’environ 10 ans.
Kay, capturée le 8 mars 1979, arrive à Antibes le 21 mai 1979 et meurt le 27 juin 1982. Elle avait moins de 10 ans.
André, arrivé à Antibes le 22 juillets 1972, lieu de capture inconnu, mort le 20 octobre 1980. Il avait une dizaine d'années.
Brigitte, arrivée à Antibes le 22 juillet 1972, lieu de capture inconnu, elle est morte le 19 janvier 1979. Elle avait une dizaine d'années.
Stimey, capturé, son lieu de capture et son arrivée à Antibes ne sont pas connus, il mourut le 1er juin 1989.
Robi, né aux alentours de 1970, capturé le 15 août 1978, arrivé à Antibes le 8 juin 1981, mort le 28 janvier 1987. Agé d’environ 17 ans.
Houston, né vers 1975, capturé le 6 mars 1979 au Texas, arrivé en France le 21 mai 1979, il mourut le 16 Janvier 1987. Agé d’environ 12 ans.
Gem ou Kay, née vers 1971, capturée le 8 mars 1979, arrivée à Antibes le 21 mai 1979, morte le 27 juin 1982.. Age estimé: 11 ans.
Flipper, mâle né au Marineland le 29/07/1979, fils d'Evelyne, mort le 15/06/1980, il avait 1 an.
Evelyne, arrivée le 24 juin 1976 à Antibes, lieu de capture inconnu, elle meurt le 2 juin 1981. Elle avait une dizaine d'années.
Lucky, arrivé à Antibes après 1972, mort le 29 janvier 1978 d‘une pneumonie. Il avait une dizaine d'années.
Virginia, capturée le 20 aout 1979 au Texas, morte avant d’arriver à Antibes.
Ralf ou Calf, mâle, capturé le 6/03/1979 au large de Rockport (Texas), tué par le choc de la capture. Il était destiné au Marineland. Il avait tout au plus 10 ans.
Les Orques : 
Calypso,capturée au large de Colombie Britannique en décembre 1969, morte en 1970 au Marineland. Age estimé de 11 ans.
Clovis, capturé le 8 août 1970, décédé en 1973. Il avait 4 ans.
Kim, mâle né en 1968, capturé en 1976 est mort 1982, âgé d’environ 14 ans.
Betty, femelle, née probablement en 1974, capturée en 1978 morte en 1987. Age estimé: 13 ans.
Kim II, mâle, né aux alentours de 1978, capturé en 1983 mort en 2005. Age estimé à sa mort: 27 ans.
Sharkane, femelle, née aux environs de 1986, capturée le 12 janvier 1990. Elle est morte le 3 janvier 2009. Agée d’environ 23 ans.
Freya capturée en octobre 1982 à l'âge de 2 ans. Freya est morte le 20 juin 2015. Elle n’avait que 35 ans.
Valentin, né le 13 février 1996 au Marineland d’Antibes. Mort le 12 octobre 2015. Décédé à l'âge de 19 ans.

Parc Astérix (Ouverture en 89)
Elizabeth : née sauvage en 1982, arrivée au parc en 1988, elle est âgée d’environ 11 ans lorsqu'elle décède en juin 1993.
Beila : femelle, née sauvage, arrivée au parc en 1988, décédée en juin 1993, agée d’environ 11 ans.
Laura : capturée, arrivée au parc en 1988, décédée en octobre 1995, à l’âge supposé de 15 ans.
Cindy : femelle, née sauvage en 1982, arrivée au parc en 1994, décédée en 2001, âgée d’environ 19 ans.
Bébé sans nom (fils d’Amaya et de Pichi) : mort-né au parc en juin 2002.
Byos : mâle, né au parc en juin 2003, décédé en Août 2003, il était âgé de 2 mois.
Amaya : femelle, née sauvage, capturée en 1988, arrivée au parc en 1988, décédée en octobre 2004. Elle avait environ 22 ans.
Athena : femelle, née au parc en juillet 1993, décédée en octobre 2006. Elle était âgée d’environ 13 ans.
Thaïs : femelle, née au parc en juillet 2002, décédée en 2007. Elle avait 5 ans.
Borea : femelle, née au parc en octobre 2011, décédée en octobre 2011. Elle n’avait que 7 jours.
Baleos : mâle, né au parc en novembre 2012, mort en janvier 2013. Il avait 2 mois.
Aloha : Juillet 2015, morte seulement 2 semaines après sa naissance suite à une altercation entre sa mère et une autre femelle.

Planète sauvage, (ouverture en 2009)

Théa : née en captivité, transférée du Breeding Dolphin Farm à Harderwijk (Pays-Bas). Arrivée à Planète Sauvage en novembre 2009, décédée en 2011 à l’âge de 19 ans.

Minimos : Né en 2004, décédé en 2012 à l’âge de 8 ans. 

Little, bébé de Parel, tuée lors d’une bagarre entre sa mère Parel et Lucille en 2015, seulement 12 jours après sa naissance. La bagarre a eu lieu au début d'un spectacle devant les spectateurs. Le spectacle n'a pas été annulé.

Aicko: Né en août 2010, Aicko fut transféré à Planète Sauvage en 2015, à l'âge de 4 ans et demi. Aïcko est mort le 6 novembre 2016,il avait 6 ans.

Mooréa Dolphins Center (1996)

Ellie , née en 1984, décédée en 1997, à l’âge de 13 ans.

Benchley, né en 1984, décédé en 1998, à l’âge de 14 ans.

Benchley réussit à s'échapper du lagon mais sans préparation, il mourut en liberté. Il  fut retrouvé mort quelques temps après sa fugue.

Aito, né en 1988, décédé en 2010, à l’âge de 22 ans.
Le petit d'Aito et Hina, mort-né en 1999.
Aito comme sa soeur Hina avaient été formés par l’armée américaine pour effectuer des tests en eaux profondes. Mis à la retraite, ils avaient été récupérés par l’entreprise “Dolphin Quest” qui les avait intégré dans son parc de Moorea devenu par la suite “Moorea Dolphin Center”.



Une solution : Boycottez les parcs marins ! 
Si vous les aimez, respectez-les.
Aimez les libres.



Pour en savoir plus : 

Tract C'est Assez 
Tract C'est Assez pour les enfants 
Site internet : C'est Assez 
Sea Shepherd : la réponse aux dresseurs de Marineland
http://www.whalesanctuaryproject.org/
One Voice : Personne Cétacé
Dauphin Libre.be
Anti parcs marins
Réseaucétacés

Films :
Black Fish
The Cove
Sur Arte, le 18 juillet à 20H50 : Les bélugas et leur marchandisation - Born to Be Free



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire