Ma vie d'entrepreneuse, Épisode 4 : Et alors ça marche ?



Quand on s'installe, on passe par différentes périodes.
Envies. Euphorie. Doutes. Peur. Panique. Gêne. Honte.
Certains jours, on se sent fort.e.
D'autres jours, comme un.e moins que rien.
Incapable.
On ne va pas y arriver.
Trop de risques.
Et comment on va faire ?
Comment on va payer le loyer, les courses ?
Et on y va quand même.
On fait ce qu'il faut.
On va démarcher. Les banques.
On se prend des claques, un peu.
Certain.e.s nous font nous sentir à nouveau comme des moins que rien.

On nous dit quoi faire.
Et non on devrait faire comme-ci, comme ça.
Et sérieusement, es-tu sûre ?

Non, je ne suis pas sûre. Je ne suis sûre de rien. Mais, là, j'y vais avec mes tripes.
Mon entreprise c'est mon bébé.
Alors chut.
Tais-toi, respecte mes choix.


Et puis arrivent les "ça marche ?".
J'ai ouvert il y a deux mois coco.
Comment ça peut marcher ? Comment veux-tu que je réponde à cette question ?
Je ne sais pas !
Certains jours, je te dirais oui.
D'autres je panique, parce qu'il se passe rien, parce que ça ne va pas comme je veux.
Alors je me demande, qu'est-ce que j'ai fait de mal ?
Pourquoi ?
Je ne mérite pas moins que d'autres si? Je fais de mon mieux, alors pourquoi ?
Mais je ne vais pas te dire ça, tu t'en fiches.
D'un autre côté, tu n'as pas envie que je te dise que je marche à fond et que je suis riche.
Surtout, toi qui ne m'a pas encouragé. Ou alors, tu vas me demander des tunes.
Mais si ça ne marche pas, ça te fera tellement plaisir.
Alors cette pression, que je me mets déjà, tu n'as pas besoin de me la mettre.
Ne t'inquiète pas.

Alors, oui ça va. Ça démarre. Tranquille.
Laisse donc mon bébé grandir tranquillement.
Pousser. Se stabiliser. Prendre racine.
Et ne pose pas de question.
Je ne te demande pas si ton salaire est bon.
Donc ne me demande pas si je paie mes factures.

Surtout si je te vois une fois toutes les 36 du mois, et 5 minutes.
Surtout pour me dire "ah oui, c'est ça la vie d'entrepreneuse".
La vie d'entrepreneuse, je la vis.
Avec tous les moments difficiles.
Et les peurs.
Et les angoisses.
Et le stress.
Les doutes, encore et toujours.
Et la joie, cette richesse d'émotions.

Parfois, il y a de vrai "ça marche" désintéressés. Mais ils restent délicats. Parce qu'il n'y a pas vraiment de réponse à cette question.
Est-ce que le fait que je ne perde pas d'argent peut être considéré comme un "ça marche" ?
Ou est-ce que pour que je puisse dire que ça marche, il faut que je sois capable de me verser un salaire ?
Je préfère les "Ça va, tu t'en sors ?" à la limite.
Parce que la question n'est plus dirigée directement sur l'entreprise, mais aussi sur toi.
Il est plus facile d'y répondre, car on peut botter en touche.
Ça va, je m'en sors. Pas facile, je suis fatiguée, mais j'aime ce que je fais.
Moins de doute, moins de honte, moins de jugement.

Et puis, pourquoi cette gêne ?
J'ai monté mon entreprise. Toute seule, comme "une grande".
Je devrais être fière.
J'ai pensé, voulu et créé chaque partie.
Alors, oui j'ai fait des erreurs, mais c'est normal.
Qui n'en fait pas ? Qui n'en ferait pas en sautant à pieds joints dans l'inconnu ?

Pourquoi a-t-on sans cesse ce besoin de se justifier, face aux autres, face à soi-même ?
Pourquoi la honte de ne pas mieux faire ? Mieux faire au quotidien ? Faire plus, toujours plus ?

Laissons du temps au temps.
Laissons les jours s'écouler.
Profitons de cette aventure, et soyons fièr.e.s du travail accompli.
Le reste, cela viendra plus tard.



A bientôt, 
Charlie. 


On est fans !