Ma vie d'entrepreneuse, Épisode 6 : le sexisme ordinaire








Beaucoup pensent que le sexisme au quotidien est derrière nous.
Enfin, surtout les hommes.

En tant que femme, universitaire puis chef d'entreprise et présidente d'association, j'ai pu m'apercevoir que les postes perçus comme des "postes de pouvoir" sont toujours, dans l'esprit des gens, réservés aux hommes, et les femmes sont beaucoup moins prises au sérieux, voir rabaissées.

Si en plus vous êtes jeunes, n'en parlons pas.
Une femme jeune ne sera pas spécialement prise au sérieux : elle sera regardée avec une condescendance, plus ou moins gentille - voir pas du tout selon la personne en face.


Cette façon d'être considérée est tellement courante qu'on le vit plus ou moins au quotidien, sans même sans rendre compte.

Pourtant, parfois il y a comme des déclics, des actions qui font prendre conscience de ce fait.
Récemment, j'en ai fait l'expérience.
Je ne reviendrai pas dessus, parce qu'au final ce n'est pas ça l'important.
Comprendra qui voudra/pourra
Juste une preuve flagrante de sexisme, en public, pour tenter de contrer des arguments et de me rabaisser.
En soi, rien de "grave."

Choquant, oui mais pas "grave".
Et pourtant.
De quel droit utiliser son "sexe" contre une personne ?
Et pire : comment se fait-il que ce genre de fait tombe souvent dans le "non qualifiable" d'un point de vue légal ?

Pourtant, l'Etat a mis en place des mesures contre les violences faites aux femmes au quotidien, contre les inégalités, et il semble - selon moi - que des propos visant à vous rabaisser sont des violences verbales.
Le but est de vous faire taire, de vous rabaisser, de vous faire vous sentir mal, voir inutile ou incompétente.
Qu'est-ce sinon une forme de violence ?
Le pire, c'est qu'une injure en raison du sexe est punie par la loi.
Par injure, on entend Toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l’imputation d’aucun fait " * 
Pourtant, souvent, on nous répond : ce n'est pas qualifiable. 
Pourquoi ? 
Est-ce parce que l'on a pas envie de s'embêter avec des petites injures ? 
Est-ce parce que comme toujours, les lois sont trop larges et interprétables ? 

Comprenez-moi bien : le but dans une recours, une plainte, une main courante contre un acte sexiste n'est pas "d'obtenir quelque chose" ni même tellement de "punir" l'auteur. 

Il est juste important pour faire reconnaitre la blessure morale potentielle, reconnaitre l'existence au quotidien du sexisme, plutôt que de fermer les yeux, comme toujours, sur la question. 

La différenciation des genres se vit au quotidien, et encore plus dans certains milieux. 
Non, pas plus, mais de façon disons, plus visible, moins sous-jacente. 


Au passage je vous invite à lire le témoignage de ces deux entrepreneuses américaines qui se sont inventé un associé masculin.
Ne vous voilez pas la face : nous ne sommes pas plus avancées en France.

Une femme chef d'entreprise ? Le comble.

Illustration NAWAK

A bientôt, 
Charlie 

On est fans !