L'Horreur de Taiji.





Parce qu'il faut parler de l'horreur et ne pas fermer les yeux.
Aujourd'hui je reviens sur des évènements qui se déroulent annuellement à Taiji.

Taiji se trouve au Japon, dans la préfecture de Yakayama, au bord de l'océan Pacifique.
Ville historiquement baleinière, si elle a cessé la chasse des baleines depuis 88, elle continue de massacrer petites baleines et dauphins.
Australia For Dolphins


Tous les ans, à partir de septembre et jusqu'en mars, les dauphins sont rabattus dans des baies, avant d'être capturés ou tués.
Pour les rabattre, les bateaux se positionnent de façon à former un barrage en forme de V. 
Durant ce temps, les pêcheurs font peur aux cétacés en tapant la surface de l'eau avec de longues barres de métal, ce qui forme comme un "mur de bruit". 
Les dauphins et petites baleines sont dirigées dans la baie où sont installés des filets qui les empêcheront de fuir. 

Commence alors la sélection qui peut durer plusieurs jours. 
Les cétacés vont vivre un enfer pendant des heures, voir des jours, paniqués, souffrant de la faim. 
Les plus "beaux" jeunes seront sélectionnés pour rejoindre des parcs marins dans le monde.
Les autres seront massacrés, sans distinction. 

Photo Sea Sheperd

La mise à mort est violente :  la méthode consiste à détruire la moelle épinière des cétacés à l'aide une tige métallique. 
Les pêcheurs peinent très souvent à atteindre la moelle épinière du premier coup et les dauphins restent conscients durant la totalité de leur agonie.
De plus, ils voient leur famille se faire massacrer devant eux et comprennent parfaitement tout ce qui se passe. 
Traumatisés, certains vomissent de peur. 
Le reste du pod, pourtant pas forcément pris dans les filets, ne s'éloigne pas et assiste au massacre. 
Les mamans se battent pour défendre leurs bébés. 
Lorsque ces derniers ne sont pas capturés ou massacrés, ils sont rejetés de l'autre côté des filets, et souvent incapables de se débrouiller seuls, ils finiront par mourir. 

Les dauphins sont des animaux très sensibles, sociaux, et intelligents. 
C'est un stress extrême, une panique inconcevable. 
C'est d'une cruauté inouïe

Photo C'est Assez

C'est un véritable massacre, violent et inconcevable.
Pourtant, c'est bien réel. 

Les dauphins capturés, seront dressés avant de rejoindre les parcs marins pour la modique somme de... 130 000€.

Photo : Sea Shepherd


Les dauphins massacrés seront vendus en boucherie. 
Or, la viande de dauphin pose un gros problème sanitaire. 
Il est avéré que les cétacés carnivores voient "leur viande" contenir une très haute teneur en mercure. 
T. Endo, expert sur le sujet, révèle après une étude sur 50 échantillons des taux de mercure de 9,6ppm et de methylmercure (version encore plus toxique) de 5,9ppm. 
La limite fixée étant pourtant de 0,3 ppm pour ce dernier. 


Photo Australia For Dolphins

La plupart des japonais ignorent tout de ce massacre et la viande de dauphin n'est souvent même plus vendue sous ce nom.

Mais cette chasse est un excellent prétexte pour donner une illusion de tradition : dans les faits, ce qui intéresse les pécheurs, c'est de fournir les parcs marins. La chasse n'est là que pour maintenir ce leurre. 
Pourtant, si Taiji était bien une ville baleinière, la chasse aux dauphins n'a vraiment commencé qu'en 1969, dans le but de fournir des baleines pilotes au museum de la ville. 

Alors pourquoi ? 
Pour l'argent, tout simplement. 
130 000€ multipliés par les centaines de dauphins envoyés partout dans le monde. 
Imaginez. 
Un business plus que lucratif. 
Un business bien organisé : des quotas sont fixés chaque année. 
Des quotas de capture. 
Dans les faits, on estime que plus de 20 000 dauphins y perdent la vie tous les ans. 

Pour l'année qui arrive, non seulement les quotas sont plus élevés que l'année dernière, mais en plus deux espèces sont ajoutées. 




Non seulement les autorités permettent, mais elles défendent ces chasses. 
Des gardiens sont présents pour empêcher toute intervention.
Les étrangers qui interviennent finiront aux mains des autorités, au mieux expulsés avec interdiction de revenir sur le territoire. 

La communauté internationale ne fait rien face à un pays qui n'en fait qu'à sa tête. 

Pire, Taiji vient fièrement d'annoncer un "jumelage" avec la ville de Klaksvik, aux Îles Féroes, pour défendre la chasse à la baleine indiquant  qu'ils "favoriseront l'utilisation durable des ressources marines vivantes, y compris celle des cétacés". Ils renforceront aussi leurs relations d'amitié et se présenteront en tant que "leaders de l'utilisation durable" de ces ressources".  (C'est assez / Japan times) (Je reviendrai sur le cas des Îles Féroes dans un prochain article.)

Les associations multiplient les campagnes d'informations. 
The Cove, la Baie de la honte a grandement fait connaitre ce massacre. 
Diffusez-le.
Ne fermez pas les yeux.
Parce que cela doit cesser. 
Parce que nous avons, tous, en tant qu'individu, le devoir d'agir. 






Agir :
Les façons d'agir ne manquent pas, voici des exemples : 

*Boycottez les parcs marin (même si la France n'est plus concernée par les captures)
*Diffusez autour de vous, faites part de votre indignation. 
  *Envoyez des mails à l'ambassade du Japon en France : info-fr@ps.mofa.go.jp ou contactez les sur twitter : https://twitter.com/ambjaponfr
* Envoyez un courrier/mail au premier ministre Abe : 
Par courrier : 
PRIME MINISTER OF JAPAN
Prime Minister Shinzo- Abe
Cabinet Office, Government of Japan
1-6-1 Nagata-cho
Chiyoda-ku, Tokyo. 100-8914 JAPAN
+81-3-5253-2111
* Participer aux évènements de protestations. Par exemple Japan Dolphins Day à Nantes ; Japan Dolphins Day à Paris
* Allez sur place pour rentre compte avec Dolphin Project Cove 
* Faites des dons aux associations qui tentent d'agir. 

En savoir plus : 

A voir : Le Film The Cove

Sources : 



On est fans !