Ma vie d'entrepreneuse : le blues de l'entrepreneur.se


C'est dimanche.
Il est 7h43 du matin, très exactement.
Je suis devant l'ordinateur depuis 5h du matin.
J'ai trainé un peu sur les réseaux sociaux, lu les infos, terminé un article, revu mon programme de la journée et de la semaine, machouillé mon stylo en remplissant mon agenda.
J'ai bu 4 cafés, et j'hésite entre m'en refaire un et aller me préparer.


Je me retiens de répondre à mes mails, parce que j'ai pris depuis peu la décision de rester "off" le dimanche.
Parce que c'est dimanche, et que même si je vais travailler, il faut que j'arrête de répondre aux messages et au téléphone au moins quelques heures par jour et un jour par semaine.
Comme par exemple le dimanche soir à 19h.

Hier, je n'ai rien fait. J'ai passé la journée au lit avec une migraine.
Rien d'étonnant, je suis épuisée.
3 ans sans vrais congés, pas plus de 2 ou 3 jours de repos d'affilé depuis que j'ai ouvert.
Travail 7j/7, entre 7 et 10h par jour en moyenne. De 5h à 23h.

J'adore ce que je fais.
Mais soyons honnête : je suis constamment fatiguée, parfois à en pleurer, je suis toujours débordée et dépassée, j'ai toujours du retard, et certaines périodes, le stress me ronge, mes nerfs me lâchent, et moi, j'ai envie de tout lâcher.
Tout ça pour un salaire de misère, parce qu'une fois qu'on a réglé les charges et l'Etat..

Pourquoi je vous raconte ça ?
Parce que je sais que toute personne qui a sa société passe par ces phases.
(Ou alors, si ce n'est pas votre cas, expliquez-moi comment vous faites !)
Que je connais pas mal de gens qui sont épuisés, moralement et physiquement par leur entreprise.
Dans l'impossibilité d'embaucher - trop cher - de s'arrêter, de faire une pause..

Oui, je sais. Travailler pour un patron, c'est pas forcément mieux.
Mais être à son compte, c'est pas non plus la solution miracle.
On me dit tout le temps " tu fais ce que tu aimes, tu n'as de compte à rendre qu'à toi même"
"En plus tu bosses chez toi !"

Bah non.
J'ai des comptes à rendre à mes client.e.s, à l'Etat, et si je ne travaille pas, je coule, donc je risque de crouler sous les dettes.
Je ne fais pas ce que je veux.
Certes, je peux commencer à 5h comme à 10h si ça me chante.
Certes, je n'ai pas à prévenir un chef quelconque d'une absence pour maladie.
Mais ce qui est perdu et perdu.
Personne ne fera le travail à ma place.
Bosser chez moi un point positif ? J'ai moins de frais certes. Je suis juste à côté certes.
Mais pour "le monde" c'est à dire mon entourage, je suis à la maison.
Donc je peux gérer le reste, quoi, je suis à la maison !

Fondamentalement, un.e. entrepreneur.se est seul.
Iel gère seul.e sa comptabilité, son secretariat, sa production, sa vente, ses pubs, le suivi de la règlementation, les contrôles...
Personne n'est là pour l'aider.

On lui dit qu'iel a de la chance.
De la chance ? Non en fait.
Iel a travaillé, iel travaille.
Iel est à son entreprise 24h/24 parce que beaucoup, comme moi, sont incapables de décrocher.
Iel fait ça pour faire vivre son entreprise, sa famille.
Pour pouvoir avoir des projets qu'iel n'a souvent pas le temps de réaliser.
Pour rêver de vacances.
Et s'entendre dire "on a pas de vie tu es toujours à travailler".

Culpabilité.
Soit iel bosse moins et perd des client.e.s, ce qui n'est pas bon pour son entreprise et de fait, pour elle/lui non plus mais au moins, iel gagne un peu en qualité de vie.
Soit iel continue comme ça, mais combien de temps cela peut durer ?

Ces derniers temps, j'ai vu pas mal de petites entreprises fermer.
Parce que la pression est trop forte : celle de la famille, celle de l'Etat, celle des règlementations à respecter.
J'ai vu des entrepreneu.rs.ses devoir renoncer, avec la douleur qui va avec à leur "bébé".

Alors certains jours, c'est le coup de blues.
A quoi bon après tout ?
La réponse : parce qu'on aime ce que l'on fait.
A voir jusqu'à quel point ce sera suffisant...

Les fêtes arrivent.
Pensez à elles/eux pour vos cadeaux.
Du fait-main, de l'artisanat plutôt que de commander sur des sites comme ama*** qui non seulement se moque de ses client.e.s mais profite de ses vendeu.rs.ses
Offrez des produits réalisés avec amour, par des gens proches de vous, qui comme vous se battent au quotidien pour mettre du beurre (végétal évidemment..) dans les épinards.

Merci pour elles et eux.




Commentaires

  1. Ah je compatis 😯 je suis passée par là j'ai du fermer mais parce que mon resto ne tournait pas et qu' à un moment ben il faut faire un choix
    Mais tout ce que tu décris j'ai bien connue je te l'avais dis quand tu t'es lancée trouves toi du temps pour toi pour décrocher
    N'hésite pas à prendre un jour mais va t'en de chez toi sinon tu trouveras toujours un truc à faire et tu ne te reposeras pas
    Tes clients ne partiront pas pour autant parce que tu te prends quelques heures pour toi
    Courage par contre un truc qui m'a bien aidée c'est la passiflore en granules ça aide à décrocher quand tu dors et la prise de magnésium tu serais près de moi je te ferais un gros câlin ça aide 😉
    Prends soin de toi 😙😙

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

On est fans !